/opinion/columnists
Navigation

Plutôt mourir que de finir en CHSLD!

Coup d'oeil sur cet article

Maltraités, violentés, ébouillantés, voilà ce qui risque de nous arriver si rien n’est fait pour ramener un peu de dignité dans les centres de soins pour personnes âgées. Les histoires d’horreur se suivent et se ressemblent depuis trop longtemps. Qui va oser faire le ménage dans ces établissements où règnent souvent la terreur et la crainte d’être punis si on ose se plaindre?

Des visites dans le sous-sol

Des familles, témoins de mauvais traitements reçus par leurs proches, font les frais d’une omerta implacable. Parce qu’elles dérangent le système, elles se font museler à coups de mises en demeure et de menaces à l’intégrité physique de leurs parents. «Si tu parles, on ne s’occupera plus de ta mère.»

Quand la famille refuse d’obtempérer et fait une plainte officielle, on lui coupe ses droits de visite. Chantal Gagnon n’avait plus le droit de voir sa mère de 75 ans autrement qu’au sous-sol du CHSLD. Interdiction de monter à sa chambre sous peine d’être expulsée par les gardiens de sécurité. On a reproché à Mme Gagnon son ton irrespectueux. Qui ne perdrait pas son calme devant un système incapable de protéger ses vieux? Je serais la première à ruer dans les brancards.

La gestion par la peur

Les familles subissent de véritables représailles et sont sans recours. Serge Leblanc, qui promenait sa vieille mère de 95 ans tous les jours, s’est fait enlever son droit de visite. La dame est morte de tristesse quelques mois plus tard.

Les préposés aux bénéficiaires ont eux aussi les mains liées. Tout comme les proches aidants, les employés dévoués finissent par y laisser leur santé. Lucie a perdu son emploi dans un CHSLD après avoir dénoncé un collègue violent.

Une résidence du Bas-Saint-Laurent devra fermer pour atteinte à la dignité des résidents. On n’ose parler de maltraitance, tout au plus de «non-bienveillance». C’est quoi, ça, sinon le refus de reconnaître la vérité?

Quand on aura fini de tourner autour du pot, on pourra enfin mettre de l’ordre dans ces mouroirs subventionnés que sont les CHSLD.