/sacchips/unbelievable
Navigation

10 faits méconnus sur Albert Einstein

10 faits méconnus sur Albert Einstein
Wikimedia Commons

Coup d'oeil sur cet article

Jeudi dernier, un siècle après qu’Albert Einstein ait émis l’hypothèse de leur existence, l’observatoire LIGO a enfin annoncé avoir pu détecter des ondes gravitationnelles.

Considéré comme l’un des plus grands scientifiques de l’histoire, Albert Einstein est surtout connu pour sa chevelure hirsute et pour ses théories de la relativité restreinte – qui définit la notion d’espace-temps et établit la vitesse de la lumière comme une constante – et   générale – selon laquelle l’attraction gravitationnelle est le résultat de déformations dans la trame de l’espace-temps dues aux déplacement d’objets de grande masse.

Mais au-delà de la célèbre équation E=mc2, Einstein a également contribué à de nombreuses découvertes majeures et au développement de plusieurs disciplines scientifiques, notamment de la mécanique quantique et de la cosmologie, une branche de l’astrophysique qui étudie l’origine de l’Univers, sans compter son rôle important aux plans politique et philosophique.

Voici 10 faits que vous ignoriez peut-être sur Albert Einstein.

 

1. À sa naissance, sa mère pensait qu’il était difforme

Fils de Hermann et Pauline Einstein, Albert Einstein a vu le jour le 14 mars 1879 à Ulm, en Allemagne.

Lorsqu’il est né, Albert Einstein avait une tête anormalement grosse, à un point tel que sa mère craignait une déformation crânienne. Dans les semaines suivantes, la forme de sa tête est redevenue normale, mais Einstein était apparemment un poupon exceptionnellement gras, dû moins selon sa grand-mère, qui aurait répété à plusieurs reprises «Beaucoup trop gras!» après l’avoir vu pour la première fois. (Source)

 

2. Un enfant de peu de mots?

La rumeur veut qu’Albert n’ait prononcé ses premiers mots qu’à trois ou quatre ans. Si cette légende urbaine n’a jamais vraiment été confirmée, plusieurs sources indiquent que c’était un enfant peu loquace et qui souffrait probablement de dyslexie et de problèmes d’élocution, quoique ces affirmations restent elle aussi contestées. (Source)

 

3. C’est une boussole qui a éveillé son esprit scientifique

À l’âge de quatre ou cinq ans, le petit Albert découvre la boussole de son père et s’émerveille de voir l’aiguille pointer le Nord peu importe où il se tourne. Selon sa sœur et biographe, Maja, cette fascinante découverte serait à l’origine de son éveil scientifique. (Source)

 

4. Einstein n’a pas toujours été un élève modèle

Malgré ses excellents résultats, le jeune Albert Einstein n’a pas toujours été très apprécié de ses enseignants. Élève distant, c’était un enfant timide qui remettait souvent en question l’autorité.

À l’adolescence, il décide d’abandonner son pensionnat à Munich pour rejoindre sa famille en Italie, fort probablement pour échapper à la conscription militaire. Il rate ensuite l’examen d’entrée pour l’école polytechnique de Zurich, mais, encouragé par ses examinateurs, qui voient en lui un réel potentiel, il tente à nouveau sa chance l’année suivante et est finalement admis.

Plus tard, il avouera dans son autobiographie avoir obtenu de justesse son diplôme, se considérant «incapable de suivre les cours, de prendre des notes et de les travailler de façon scolaire». (Sources : 1, 2, 3)

 

5. Einstein a reçu le prix Nobel de physique de 1921... en 1922

En 1921, l’attribution du prix Nobel de physique à Albert Einstein ne fait pas l’unanimité au sein de l’Académie royale des sciences, qui décide donc de reporter sa remise à l’année suivante, comme le permet le règlement dans une telle situation.

C’est grâce à l’insistance du physicien français Marcel Brillouin qu’Einstein recevra finalement son prix Nobel en 1922 pour «sa contribution à la physique théorique et plus particulièrement pour la découverte de l’effet photoélectrique» (et non pour la théorie de la relativité).

Ironie du sort, il recevra son prix en même temps que le physicien danois Niels Bohr, Nobel de 1922, un opposant de longue date de ses théories, avec lequel il entretiendra un long débat de nature scientifique et philosophique sur la mécanique quantique au cours des années suivantes.

Albert Einstein n’assistera pas à la cérémonie. (Source)

 

6. Il se décrivait comme agnostique et considérait le végétarisme comme un idéal

Élevé par des parents juifs non-pratiquants, Einstein a beaucoup écrit sur la religion, parfois de façon très critique. Il se décrivait lui-même comme agnostique et adepte du panthéisme, doctrine selon laquelle Dieu est en tout et n’existe pas sous une forme anthropomorphique. Selon lui, cette vision de la divinité, dénuée de dogmes et de croyances, n’était pas incompatible avec la pensée scientifique.

De plus, bien qu’il n’ait pas pratiqué le végétarisme lui-même, à part pour un bref épisode un an avant sa mort, Einstein soutenait la cause végétarienne et la considérait comme un idéal, quoique pour des raisons principalement philosophiques et parfois douteuses.

Dans une lettre de 1930, Albert Einstein écrit à un ami que «bien que des circonstances extérieures m’empêchent d’observer une diète strictement végétarienne, j’adhère depuis longtemps au principe. En plus d’être en accord avec les visées du végétarisme sur un plan esthétique et moral, je suis d’avis qu’un mode de vie végétarien serait grandement bénéfique au sort de l’humanité de par son simple effet sur le tempérament humain». (Source)

 

7. Einstein a contribué malgré lui au développement de la bombe atomique

Bien qu’Albert Einstein fût un pacifiste avoué et qu’il n’ait pas participé directement à l’élaboration de la première bombe atomique, il a toutefois joué un rôle déterminant dans sa création, et pas seulement grâce à ses travaux sur la relativité restreinte.

En juillet 1939, Albert Einstein et les physiciens Leo Szilard et Eugène Wigner, inquiets des progrès des Allemands en recherche nucléaire, adressent une lettre au président Franklin D. Roosevelt pour le prévenir des dangers potentiels de la fission d’atomes d’uranium et l’inciter à investir dans la recherche préventive. Ironiquement, la lettre aura plutôt pour effet de précipiter le déclenchement du projet Manhattan.

Après la Seconde Guerre Mondiale et durant la Guerre Froide, il deviendra un important adversaire de la course à l’armement nucléaire. Juste avant sa mort, il avouera à son ami Linus Pauling que l’un de ses plus grands regrets était d’avoir signé cette lettre. (Sources : 1, 2)

 

8. On lui a déjà offert la présidence d’Israël

À la mort du président Chaim Weizmann, en 1952, le Premier ministre Ben Gourion lui offre la présidence d’Israël, mais Einstein refuse poliment:

«D’abord, si je connais les lois de l’univers, je ne connais presque rien aux êtres humains, plaide-t-il. De plus, il semble qu’un président d’Israël doit parfois signer des choses qu’il désapprouve, et personne ne peut imaginer que je puisse faire cela», avait-il répondu.

Dans son essai philosophique Comment je vois le monde, qui rassemble des textes écrits entre 1934 et 1949, Einstein exprimait d’ailleurs le souhait de voir une véritable cohabitation entre Juifs et Arabes plutôt que la création d’une nation juive. (Sources: 12)

 

9. Son cerveau a été conservé dans un bocal pendant 43 ans

Malgré les consignes strictes du défunt, qui avait demandé à ce que sa dépouille soit incinérée et ses cendres dispersées dans un endroit secret, le pathologiste Thomas Harvey, qui était responsable de son autopsie, a prélevé le cerveau d’Albert Einstein et l’a conservé en secret dans un bocal pendant plus de vingt ans.

Ce n’est que plusieurs années plus tard, après que Harvey ait obtenu l’autorisation auprès du fils d’Einstein, que des scientifiques ont pu observer un taux anormalement élevé de cellules gliales dans les neurones du lobule pariétal inférieur gauche, une zone du cerveau associée aux aptitudes mathématiques. D’autres chercheurs ont également noté l’inclinaison particulière du sillon latéral, ou scissure de Sylvius, ce qui aurait eu pour effet d’augmenter la taille de la zone du raisonnement abstrait.

Les résultats de ces observations sont toutefois fort contestés, le fonctionnement du cerveau restant aujourd’hui un mystère extrêmement complexe. Certains chercheurs croient que ces différences marquées ont été le résultat de longues années passées à réfléchir aux mathématiques, plutôt qu'une prédisposition naturelle pour la pensée abstraite.

En 1998, Thomas Harvey a finalement remis la relique à l’Université de Princeton, où le célèbre physicien a passé les dernières années de sa vie. (Source)

 

10. 2005, année de la physique

En 1905, Einstein publie plusieurs de ses travaux les plus importants, dont son étude de l’effet photoélectrique, un article sur le mouvement brownien et sa célèbre théorie de la relativité restreinte. Pour commémorer les cent ans de ces découvertes, 2005 a été déclarée «année mondiale de la physique» par l’UNESCO et «année internationale de la physique» par l’ONU. (Sources : 1, 2)