/news/currentevents
Navigation

25 meurtres en six ans au sein de la mafia

<b>Lorenzo Giordano</b><br />
Victime
Photo courtoisie Lorenzo Giordano
Victime

Coup d'oeil sur cet article

Décimée par 25 meurtres en six ans, la mafia montréalaise a écarté des prétendants à sa direction un duo qui s’est déjà comparé au «Père» et au «Fils».

Selon une compilation du Journal, Lorenzo Giordano est devenu, mardi, la 25e victime de meurtre liée à la mafia depuis que le fils du défunt parrain Vito Rizzuto, Nick Jr, a été tué le 28 décembre 2009.

Giordano a reçu plusieurs balles à la gorge dans le stationnement du gymnase où il s’entraînait, à Laval.

Son nom s’ajoute à ceux de plusieurs hauts gradés mafieux qui ont subi le même sort durant cette guerre de pouvoir, dont Nicolo Rizzuto, Joe Di Maulo, Moreno Gallo, Agostino Cuntrera, Giuseppe De Vito et Salvatore Montagna comptent parmi les mieux connus.

La Sûreté du Québec n’a rien laissé filtrer sur son enquête, mercredi.

Pas l’unanimité

Giordano et Francesco Arcadi voulaient «reprendre le contrôle» du crime organisé italien à leur sortie du pénitencier et la victime s’affairait à récolter des appuis dans le milieu. Violent et aimant en mener large, le duo ne faisait toutefois pas l’unanimité.

Le 30 août 2006, Arcadi – alors chef intérimaire de la mafia durant l’incarcération du parrain Rizzuto aux États-Unis – avait tenu une réunion avec Giordano et Rocco Sollecito. La GRC, qui menait alors l’enquête Colisée, l’a enregistré en train de dire: «Nous sommes ici le Père, le Fils et le Saint-Esprit...»

Arcadi réside en maison de transition depuis trois semaines.