/news/green
Navigation

La loi sur la sûreté nucléaire doit être renforcée plaide des groupes environnementaux

Fukushima
Photo d'Archives, REUTERS Fukushima

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Dans une lettre ouverte adressée au premier ministre Trudeau, 14 groupes environnementaux ont demandé mardi le renforcement de la Loi sur la sûreté et la réglementation nucléaires au Canada.

Cette demande survient alors que l’on s’apprête à marquer le cinquième anniversaire de l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima au Japon.

«Alors que d’autres pays ont accru l’indépendance et la transparence de leur organisme de réglementation nucléaire dans le sillage de Fukushima, le Canada, sous Harper, est allé dans le sens contraire. Il est temps que le Canada se ravise et affermisse sa législation en matière de sûreté nucléaire», a déclaré Shawn-Patrick Stensil, analyste principal des questions énergétiques chez Greenpeace Canada.

Les organismes exigent un examen parlementaire de la loi canadienne, rappelant que l’enquête sur l’accident de la centrale nucléaire japonaise a révélé «qu’il s’agit d’une catastrophe de cause humaine, attribuable à une réglementation déficiente de la part des instances gouvernementales qui ont ignoré le potentiel connu pour des séismes et tsunamis dans la région», peut-on lire dans la lettre ouverte.

Ils s’inquiètent aussi d’un éventuel manque d’indépendance et de transparence de la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN).

«Nous sommes préoccupés que la CCSN soit devenue la meneuse de claque pour l’industrie qu’elle est censée baliser. À la lumière des leçons de Fukushima, nous exhortons le premier ministre à restaurer l’indépendance nécessaire à la CCSN afin qu’elle regagne la confiance publique», a soutenu Theresa McClenaghan, de l’Association canadienne du droit de l’environnement.