/investigations
Navigation

Un autre jeune Montréalais serait mort au combat en Syrie

Mohamed Rifaat
Photo FACEBOOK Mohamed Rifaat, djihadiste probablement décédé.

Coup d'oeil sur cet article

Mohamed Rifaat, un Montréalais parti faire le djihad en Syrie en 2015, après avoir louangé sur Facebook le terroriste Oussama Ben Laden, est vraisemblablement mort au combat, selon trois sources non officielles qui confirment son décès.

Selon certaines de nos sources, Rifaat, 20 ans, aurait péri lors d’un important combat entre l’État islamique (ÉI) et les forces de sécurité irakiennes dans la région de Tikrit en février ou mars 2015.

Cette bataille sanglante aurait coûté la vie à plus de 700 partisans du groupe terroriste ÉI, selon certains analystes du terrorisme et du conflit armé en Syrie.

Rifaat faisait partie d’un groupe de six jeunes Montréalais ayant fait la manchette au début de 2015 après être partis pour la Syrie. Il n’était toutefois pas élève au collège de Maisonneuve.

Toutes nos sources disent que les parents du jeune ont reçu un appel mystérieux du Moyen-Orient durant lequel l’interlocuteur leur annonçait la mort de leur fils comme martyr.

Les parents ont d’ailleurs organisé des funérailles dans une mosquée dans le district de Saint-Michel. Dévastés, ils ont reçu l’appui d’amis et de proches. Nous n’avons pas pu les rejoindre.

Informations contradictoires

Certaines informations concernant les circonstances du décès de Rifaat sont toutefois contradictoires.

Des sources nous ont raconté que le Montréalais était plutôt décédé en janvier ou février 2015, dans une bataille féroce près de Mossoul, dans le nord de l’Irak. C’est là que les Peshmergas — des combattants kurdes — et les chasseurs canadiens ont multiplié les attaques et frappes mortelles entre le 21 et 23 janvier.

Preuve de sa radicalisation, avant de quitter le Canada, Rifaat avait tenu à commémorer, sur son compte Facebook, la mort d’Oussama Ben Laden, responsable des attentats du 11 septembre 2001 qui ont causé la mort de plus de 3000 personnes.

Parmi les derniers messages téléchargés par Rifaat sur son Facebook (maintenant supprimé), il avait répété une réflexion spirituelle fréquente et populaire chez les musulmans: «Patience. L’aide d’Allah finit toujours par arriver.»

Rifaat serait devenu le 11e djihadiste radicalisé du Canada mort dans les combats en Syrie et Irak.

 

Pas de commentaires sans preuve

 

La GRC refuse de discuter du «cas Rifaat». Les enquêteurs ne se prononcent d’ailleurs jamais sur le cas d’un suspect de terrorisme possiblement mort tant qu’ils ne confirment pas le décès avec photos ou, encore mieux, avec de l’ADN.

Cette semaine, devant le Comité sénatorial sur la sécurité nationale, Michel Coulombe, le directeur du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) abondait dans le même sens.

Refont surface

M. Coulombe a dit qu’il prenait maintenant les rumeurs de décès de djihadistes canadiens en combat avec un grain de sel, à moins d’avoir des preuves irréfutables.

«À plusieurs reprises, on a rapporté que certains individus ont été tués (au combat), mais ils refaisaient surface deux, trois, quatre semaines, un mois plus tard sur Twitter ou Facebook», a dit M. Coulombe.

En effet, des enquêteurs de sécurité nationale de la GRC ont lancé des mandats d’arrestation contre deux autres djihadistes canadiens qui ont fait l’objet de rumeurs de décès au combat: John Maguire et Farah Mohamed Shirdon.

Des djihadistes avaient annoncé la mort de Shirdon sur Twitter. Puis, il est mystérieusement réapparu, bien vivant, en entrevue au média numérique Vice News.

Adil Charkaoui

Dans des reportages publiés par d’autres médias sur la radicalisation du jeune Rifaat, plusieurs ont souligné qu’il aurait fréquenté le Centre communautaire islamique de l’Est de Montréal (CCIEM), dont Adil Charkaoui est le président, et qu’il avait fréquenté Charkaoui souvent dans des activités de plein air et de manifestations contre l’islamophobie.

M. Charkaoui a refusé de nous parler du jeune Rifaat.

 

Des milliers ont vu son appel à la prière en ligne

Si très peu de Montréalais connaissent Mohamed Rifaat, des milliers de fidèles musulmans de partout dans le monde ont vu le jeune et ont entendu sa voix sur le web.

En 2012, Rifaat a enregistré un adhan (appel aux prières pour les musulmans) tourné au sommet du mont Royal, en plein orage avec des éclairs dramatiques dans le ciel.

La vidéo a été diffusée à maintes reprises depuis 2012 sur YouTube et vue par des milliers de personnes. On y voit Mohamed Rifaat plus jeune, sans barbe, vêtu de blanc, devant le micro.

La vidéo a été produite par les Jeunes musulmans de Montréal et diffusée sur leur site web qui a depuis été fermé.