/opinion/columnists
Navigation

Le PLQ «nouveau»!

Nathalie Normandeau
Photo Chantal Poirier Nathalie Normandeau

Coup d'oeil sur cet article

La récente arrestation, par l’UPAC, de l’ancienne ministre des Affaires municipales et ex-vice-première ministre, Nathalie Normandeau et ses coaccusés, pour corruption, a provoqué un séisme au Québec. Il va sans dire qu’ils sont innocents tant qu’ils n’ont pas été trouvés coupables, mais déjà les dommages collatéraux sont palpables et le cynisme des citoyens, lui, a atteint toute la classe politique.

Un changement de culture

Sauf exception, l’UPAC ne cible pas encore le Parti Québécois ni la CAQ. Par contre, le Parti libéral du Québec (PLQ) est dans le collimateur depuis une dizaine d’années. L’arrivée de Jean Charest comme chef, en 1998, a changé la donne, dira Robert Benoît, ex-président du parti, devant la Commission Charbonneau. Le portrait va se compléter avec la propulsion de Marc Bibeau, comme grand argentier, en 2003.

Marc Bibeau
Photo courtoisie
Marc Bibeau

Une nouvelle culture s’est installée à la Centrale du PLQ avec comme mot d’ordre «l’argent est là, il suffit de cogner aux bonnes portes pour le ramasser». Marc Bibeau et son équipe vont élaborer, à l’insu des militants et des députés, un système de financement opaque sous le nom de code «127e circonscription», qui n’a pas encore livré tous ses secrets.

De la diversion!

Et que fait notre premier ministre Philippe Couillard? De la diversion! Il se réfugie derrière la loi du PQ sur le nouveau mode de financement pour se donner une nouvelle virginité et s’autoproclamer chef d’un PLQ «nouveau», comme si lui-même n’avait pas trempé dans le système des quotas à 100 000 $ par ministre, durant la période où il avait siégé avec Nathalie Normandeau.

Philippe Couillard
Photo d'archives
Philippe Couillard

Par respect pour les militants libéraux qui voient leur parti traîner dans la boue, par respect pour les citoyens, écœurés que le Québec soit associé à la corruption, le sens de l’éthique, au sommet de l’État, commanderait, au moins, qu’on dénonce ce «stratagème systémique», monté de toutes pièces, au cœur d’une institution jadis marquante comme le Parti libéral du Québec.