/news/politics
Navigation

L’opposition rejette le premier budget Morneau

L’opposition rejette le premier budget Morneau
Photo REUTERS

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Le budget déposé mardi par le ministre des Finances Bill Morneau est un «cauchemar» pour les contribuables, selon l’opposition conservatrice, alors que le NPD accuse les libéraux de renier plusieurs promesses.

«Ils empruntent beaucoup plus que les 10 milliards $ tels que promis; ils n’ont pas de plan pour créer de l’emploi; et il y aura des hausses d’impôts», a énuméré la chef par intérim des conservateurs Rona Ambrose.

Mme Ambrose n’a pas voulu spécifier quelle dépense prévue au budget écrit à l’encre rouge était selon elle inutile ou mal venue. Rappelons que le ministre des Finances Bill Morneau a annoncé un déficit de près de 30 milliards $.

«Nous leur avons laissé un surplus et ils l’ont anéanti dans leurs 100 premiers jours (après avoir pris le pouvoir), a-t-elle martelé. Je pense que le gouvernement devrait dépenser selon ses moyens.»

Rona Ambrose s’est aussi inquiétée de constater que le budget ne prévoit pas d’échéance pour le retour à l’équilibre budgétaire dans un premier mandat.

De son côté, le chef du NPD Thomas Mulcair s’est fait la voix des PME, qui n’ont pas reçu les baisses d’impôt attendues.

«Ils avaient dit qu’ils allaient aider nos PME – qui sont nos créateurs d’emplois. Il n’y a rien pour eux», a souligné M. Mulcair.

Même si les libéraux donneront 1 milliard $ de plus aux chômeurs, grâce à une série de mesures pour faciliter l’accès au programme d’assurance-emploi, M. Mulcair estime que cela est insuffisant.

Environ 50 000 salariés supplémentaires devraient être admissibles au programme à partir de juillet 2016. «Mais il y en aura encore 800 000 qui ne sont pas éligibles», a déclaré M. Mulcair.

À l’instar de ce dernier, le chef par intérim du Bloc québécois Réal Fortin a déploré que le budget ne prévoie aucune mesure pour aider l’industrie forestière.

Mais, surtout, M. Fortin accuse les libéraux d’avoir déposé un budget «nocif» pour le Québec, puisqu’il contient peu de mesures spécifiques à la province à son avis.

«On s’attendait à davantage de sensibilité envers le Québec, a-t-il dit. Il n’a pas de plan d’infrastructures vertes et d’électrification des transports.»

M. Fortin ne digère pas plus le coup de pouce aux travailleurs qui ont perdu leur emploi dans des régions frappées de plein fouet par la chute du prix du pétrole.

«On va avoir financé à 25 % cette caisse (d’assurance-emploi) et elle va servir dans l’Ouest canadien et à Terre-Neuve et Labrador pour compenser les pertes en matière de pétrole, a-t-il ajouté. On le dit depuis le début: c’est fini le pétrole, c’est une énergie du passé.»

Quant au Parti vert, sa chef Elizabeth May est d’avis que le budget en fait trop peu pour contrer les changements climatiques.

Les quatre partis d’opposition ont indiqué qu’ils voteraient contre le premier budget Morneau.

Ce qu’ils ont dit

«Nous leur avons laissé un surplus et ils l’ont anéanti dans leurs 100 premiers jours (après avoir pris le pouvoir). Je pense que le gouvernement devrait dépenser selon ses moyens.»

– Rona Ambrose, chef par intérim du Pari conservateur

«Ils avaient dit qu’ils allaient aider nos PME, qui sont nos créateurs d’emplois. Il n’y a rien pour eux.»

– Le chef du NPD Thomas Mulcair

«On augmente l'endettement du Canada, donc par le fait même du Québec, mais plutôt que de réinvestir au Québec, on investit ailleurs.»

– Le chef par intérim du Bloc québécois, Réal Fortin

«On nous avait promis que les subventions aux combustibles fossiles seraient éliminées sous ce gouvernement. On n'en fait aucune mention.»

– La chef du Pati vert Elizabeth May