/24m/outings
Navigation

«Un tremplin, une visibilité, une crédibilité»

Coup d'oeil sur cet article

De jeunes talents, danseurs, chanteurs, compositeurs, metteurs en scène, auteurs, seront sous les projecteurs du 5 au 16 avril dans le cadre du Festival Vue sur la Relève. 24 heures a rencontré trois d’entre eux.

Théâtre, danse et musique seront mis à l’honneur dans le cadre de cette 21è édition, sous l'oeil bienveillant d’anciens du Festival, les actuels porte-paroles Moran et Klô Pelgag. Des salles comme le Lion d’Or, le Théâtre Plaza, la Sala Rossa accueilleront les artistes de la relève pour un plateau double ou triple, l’occasion pour ces derniers de se faire connaître auprès du public, d’acquérir de l’expérience et de réaliser des rencontres professionnelles.

Les artistes Samuele, Louis-Philippe Tremblay et Louis-Elyan Martin, évoluant respectivement dans le domaine du chant, du théâtre et de la danse, ont été sélectionnés pour faire partie de cette édition et se confient sur le projet qu’ils présenteront.

Samuele, auteure-compositrice-interprète

« De la musique, j’ai pas mal toujours fait ça, indique l’artiste folk-rock Samuele, qui a participé à l’édition 2015 des Francouvertes. J’ai eu un premier groupe quand j’avais 15/16 ans, et j’ai là depuis deux/trois ans j’ai décidé de me consacrer entièrement à ça : c’est le seul travail que je suis capable de faire. »

La jeune chanteuse, qui s’estime avant tout auteure – notamment de slam et de poésie – indique que son passage aux Francouvertes « a tout changé » : « Je travaille vraiment avec une équipe, faire carrière toute seule ça ne marche pas, ça prend du monde derrière ».

Samuele prépare actuellement un album complet qui fera suite à son opus Z’album, sorti en avril 2015. « Ce sera dans la même vibe, un genre de folk avec beaucoup d’accent blues, beaucoup de guitare, toujours autour du texte et puis... qui groove ! », rit-elle.

L’artiste indique avoir « besoin » de monter sur scène : « Je me sens vivante quand je fais ça, on s’amuse beaucoup avec mon band [ndlr : dont Jean-Sébastien Brault-Labbé à la batterie, Alex Pépin à la contrebasse et Julie Miron à la guitare], j’ai l’impression que ça fait du sens. »

Samuele se produira au Cabaret Lion d’Or le 15 avril et promet d’y proposer des pièces inédites, qui figureront sur son prochain album.

Louis-Philippe Tremblay, auteur, interprète et metteur en scène

Louis-Philippe Tremblay présentera dans le cadre du Festival la pièce On va se faire des enfants, dont il est l’auteur et le metteur en scène. « J’ai fait le Conservatoire d’art dramatique de Montréal de 2006 à 2009 et j’ai parti ma compagnie, le Théâtre le Mimésis, qui produit la pièce. Ça vise à aborder la tragédie contemporaine au théâtre : la tragédie est beaucoup assumée dans le classique, je trouvais que la tragédie contemporaine avait sa place mais qu’on la voyait de moins en moins », explique-t-il.

Sasha Migliarese, Guillaume Regaudie et Yves-Antoine Rivest sont les interprètes de cette pièce, deuxième que le Théâtre le Mimésis produit. Celle-ci a pris vie il y a un an : le metteur en scène dit avoir pris le temps de faire gagner le texte et le jeu en maturité.

« C’est l’histoire de David et Gabriel, un couple homosexuel qui reste ensemble depuis quelques années déjà, ils veulent avoir un enfant qui va porter leur génétique. La seule manière d’y parvenir est de faire affaire avec une mère porteuse et ils trouvent Magdalena, qui offre ses services, une étudiante étrangère brillante qui veut terminer ses études et qui a perdu sa bourse. On suit un peu les dilemmes moraux de cet enjeu de société à travers une histoire intimiste qui porte une structure cinématographique », résume l’auteur, également scénariste.

Louis-Philippe Tremblay estime que ce Festival constitue « un tremplin, une visibilité, une crédibilité », et permet à des artistes émergents de scène de « se faire connaître d’un plus grand public ». Il aimerait que sa pièce puisse « aller en salles » et n’exclut pas une tournée en France. Celle-ci sera présentée le 7 avril à la Sala Rossa.

Louis-Elyan Martin, chorégraphe et interprète

Louis-Elyan Martin proposera son spectacle de danse [ID] Double, sa première pièce en tant que seul chorégraphe. Ce Montréalais originaire de France est passé par l’ École de danse contemporaine de Montréal et a gradué en 2012. « Depuis j’ai surtout travaillé comme interprète au sein de la compagnie O Vertigo, et puis j’ai ressenti le besoin d’explorer autre chose », dit-il.

Un documentaire sur la vie privée de la cantatrice d’origine grecque Maria Callas lui a inspiré cette création : « Elle devait être la meilleure sur scène et en même temps elle essayait de se trouver elle-même en tant que femme. Elle revêtait son personnage et n’arrivait plus à en sortir, explique-t-il. Quand on monte sur scène, on explore des personnalités : pour moi on a deux identités, celle sur scène et, puis il y a l’humain qui vit tous les jours, rentre chez lui, se fait à manger... »

Laurie Anne Langis, qui était dans sa cohorte à l’école de danse, est l’interprète d’[ID] Double. « Physiquement je trouve qu’elle a quelque chose qui se rapproche de Maria Callas, pour moi c’était évident que ça devait être elle ». Il souligne que son spectacle ne constitue pas pour autant une biographie sur la cantatrice, mais qu’il s’agit simplement d’une inspiration.

Le chorégraphe dit avoir fait évoluer cette pièce de 45 minutes depuis sa première présentation à Zone Homa l’été dernier : on pourra découvrir celle-ci le 13 avril à la Maison de la culture Mercier.

Quelques mots des porte-paroles

À propos du Festival

Klô Pelgag : « J’aime que ce ne soit pas un concours, qu’on nous considère comme des gens qui font un festival, des spectacles ».

Moran : « On n’a pas idée à quel point on peut apprendre rapidement quand on est mis dans un contexte professionnel qui n’a rien à avoir avec un concours, c’est ce que j’apprécie dans ce Festival. Je ne trouve pas que les concours soient un environnement sain pour le développement d’un artiste, la musique c’est tellement personnel, la compétition n’a pas de sens ».

Un coup de cœur ?

Klô Pelgag : « Il y a Anatole, un gars de Québec, j’avais vu une entrevue de lui et je trouve qu’il a une belle lucidité sur ce qu’est la musique, au Québec, et puis Samuele, je trouve qu’elle apporte une parole peu amenée par la musique, des choses engagées qu’on voit moins souvent ».

Moran : « J’ai un gros penchant pour Cédrik St-Onge que j’ai rencontré au Camp chanson de Petite-Vallée : pour moi c’est un immense talent : d’abord c’est une voix très juste et pleine d’émotion, et il s’avère être un poète assez étonnant. »

Slogan du Festival : Lâche ton ordi, viens voir un show.

Programmation

20h pour tous les spectacles, sauf l’événement spécial du 10 avril

Multidisciplinaire

5 avril : Spectacle-vitrine d’ouverture, Théâtre Fairmount

Musique

6 avril : Soul&Sister, Janot Le Lupien, Cédrik St-Onge, Sala Rossa

8 avril : SOUCY, Rod le Stod, Théâtre Plaza

9 avril : Julien Gagné et Basta, Antoine Lachance, 5 for Trio, Théâtre Plaza

10 avril : événement spécial dès 12h – Brunch concert « Yes No Toaster » avec Laurence-Anne au Divan Orange

14 avril : Moran et invités, Lion d’Or

15 avril : Sweet Grass, Samuele, Simon Kearney, Lion d’Or

16 avril : Anatole, Monsieur Raph, Ariane Zita, Théâtre Plaza

Théâtre

7 avril : Les filles du laitier, Théâtre Le Mimésis, Sala Rossa

12 avril : Théâtre de l’œil ouvert, Morgane Le Tiec, La Tresse, Maison de la culture Mercier

Danse

13 avril : Prium, Andrea Pena, Louis-Elyan Martin, Maison de la culture Mercier

Détails et billets : vuesurlareleve.com