/investigations/taxes
Navigation

Une prête-nom québécoise reliée aux Panama Papers

La majorité des entreprises administrées par Annette Laroche donnent l’adresse de cet immeuble de l’arrondissement de Saint-Laurent, Montréal.
Photo Le Journal de Montréal, Ben Pelosse La majorité des entreprises administrées par Annette Laroche donnent l’adresse de cet immeuble de l’arrondissement de Saint-Laurent, Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Une ex-employée de deux grands cabinets d’avocats de Montréal agit comme prête-nom pour plusieurs entreprises du Québec reliées au controversé cabinet panaméen Mossack Fonseca dans des paradis fiscaux.

«Vous comprenez que ce n’est pas mon rôle de divulguer des informations là-dessus. C’est pas à moi, c’est pas à moi de répondre à vos questions», nous a dit au téléphone la Québécoise Annette Laroche, excédée lorsque jointe à son domicile par notre Bureau d’enquête.

Annette Laroche
Photo courtoisie
Annette Laroche

«Mon rôle est très limité dans ces entreprises-là», a-t-elle ajouté. Elle a reconnu être une simple «prête-nom» pour des proprios qui veulent rester cachés.

Annette Laroche, qui vit en banlieue de Montréal, dit être tenue au secret sur les réels bénéficiaires et propriétaires offshore des compagnies qu’elle administre sur papier.

À part quelques exceptions, il est impossible pour quelqu’un qui consulte le Registre des entreprises du Québec de connaître le réel propriétaire de ces entreprises.

Le nom d’Annette Laroche figure comme administratrice prête-nom dans pas moins de 158 entreprises incorporées au Québec, révèlent des documents obtenus par notre Bureau d’enquête.

Trente de ces entreprises québécoises ont un coadministrateur et un actionnaire dans un paradis fiscal (Panama, Bahamas, Belize, îles Vierges britanniques, îles Seychelles, Suisse, Samoa et Chypre).

L’adresse du coadministrateur dans plusieurs cas est la même que celle du cabinet controversé Mossack Fonseca, mis en cause dans les Panama Papers dévoilés par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ).

«C’est mon nom qui est utilisé parce que c’est une société canadienne. C’est un service, c’est tout. C’est parfaitement légal», a-t-elle dit, avant de raccrocher.

Activités nébuleuses

Par ailleurs, la Presse canadienne a rapporté en 2008 que deux entreprises montréalaises où Annette Laroche était seule administratrice ont fait l’objet d’accusations de crimes de guerre pour construction d’immeubles résidentiels destinés aux Israéliens en territoire palestinien.

Une poursuite alléguait que derrière Mme Laroche se cachait Shaya Bolmelgreen, un promoteur immobilier américain controversé. La poursuite a été rejetée en Cour suprême.

Une simple secrétaire ?

Sur son profil LinkedIn, Annette Laroche dit avoir été administratrice des Services aux entreprises chez De Grandpré Chait de 1999 à 2006 et administratrice des services juridiques aux entreprises chez McCarthy Tétrault de 2006 à 2011.

D’ailleurs, certaines entreprises qu’elle a administrées donnent comme domiciles les bureaux mêmes de ces deux cabinets d’avocats. Un avocat chez McCarthy Tétrault nous a dit de son côté que Mme Laroche était une simple secrétaire. De Grandpré Chait ne nous a jamais rappelés hier.

 

QUELQUES ENTREPRISES « ADMINISTRÉES » PAR ANNETTE LAROCHE AU QUÉBEC

  • Services corporatifs Maple (finance et participation). Le véritable actionnaire est secret et au Belize. Créée à la fin 2015
  • Services corporatifs Silk Road (services financiers). Le véritable actionnaire est secret et aux îles Vierges britanniques. Incorporée en 2005
  • Lancarson International. (gestion de patrimoine). Le véritable actionnaire est secret et aux Bahamas. Créée en 1999
  • Société Parten (participations et finances). Le véritable actionnaire est secret et au Panama. Créée en 2003
  • Société commerciale Prodefin (prêts à la consommation). Le véritable actionnaire est secret et aux îles Vierges britanniques. Créée en 2004

 

Une première démission liée à l’affaire

Les révélations se poursuivent dans le cadre de la plus grande fuite de documents de l’histoire. De nouveaux noms de personnalités apparaissent chaque jour dans les Panama Papers obtenus par un consortium de journalistes qui fait la lumière sur les pratiques financières et fiscales opaques des puissants. Et l’affaire commence à avoir des conséquences.

Pays-Bas

La majorité des entreprises administrées par Annette Laroche donnent l’adresse de cet immeuble de l’arrondissement de Saint-Laurent, Montréal.
Photo AFP

L’ancien footballeur international Clarence Seedorf figure parmi les centaines de Hollandais ayant fait appel aux services du cabinet Mossack Fonseca pour créer des sociétés dans des paradis fiscaux.

Islande

La majorité des entreprises administrées par Annette Laroche donnent l’adresse de cet immeuble de l’arrondissement de Saint-Laurent, Montréal.
Photo AFP

Le premier ministre islandais est la première victime des révélations. Sigmundur David Gunnlaugsson a été poussé à la démission par les manifestations dénonçant les millions de dollars que lui et son épouse auraient cachés aux îles Vierges britanniques. L’affaire est extrêmement épineuse dans un pays marqué par les excès financiers des années 2000. M. Gunnlaugsson avait justement été élu en 2013 pour mettre fin à la pratique des sociétés-écrans qui avait causé une crise dans le pays.

Suisse

La majorité des entreprises administrées par Annette Laroche donnent l’adresse de cet immeuble de l’arrondissement de Saint-Laurent, Montréal.
Photo AFP

L’actuel président de la Fédération internationale de soccer (FIFA), Gianni Infantino, est éclaboussé. Sa signature figure sur des contrats douteux de la Fédération européenne de soccer (UEFA) lorsqu’il en dirigeait le département juridique.

Corée du Nord

Une société-écran nord-coréenne qui a été utilisée pour financer le programme nucléaire de Pyongyang a figuré parmi les clients du cabinet Mossack Fonseca.

Angleterre

La majorité des entreprises administrées par Annette Laroche donnent l’adresse de cet immeuble de l’arrondissement de Saint-Laurent, Montréal.
Photo AFP

Le premier ministre britannique David Cameron est sous pression. Le chef de l’opposition travailliste Jeremy Corbyn a demandé «une enquête indépendante» sur les agissements du père du premier ministre, qui aurait dirigé un fonds d’investissement installé aux Bahamas à la suite d’un montage effectué par l’entremise de la firme panaméenne d’où le scandale est arrivé, Mossack Fonseca.

France

La majorité des entreprises administrées par Annette Laroche donnent l’adresse de cet immeuble de l’arrondissement de Saint-Laurent, Montréal.
Photo AFP

Le Front national est durement mis en cause dans cette affaire par le journal Le Monde. Des proches de Marine Le Pen, présidente du parti d’extrême droite, auraient élaboré un «système offshore sophistiqué» afin de sortir discrètement de l’argent de France. Un des proches cités, Frédéric Chatillon, proteste de la «parfaite légalité» des opérations.

Par ailleurs, l’ancien chef du parti, Jean-Marie Le Pen, est également épinglé par le truchement de son ex-majordome qui est devenu en 2008 l’ayant droit d’une société offshore cachant près d’un million d’euros, des lingots et des pièces d’or. Le majordome nie avoir servi de prête-nom pour Jean-Marie Le Pen.

La France va réinscrire le Panama sur sa liste noire des paradis fiscaux. Le Panama annonce qu’il envisage des représailles économiques contre la France.

Syrie

La majorité des entreprises administrées par Annette Laroche donnent l’adresse de cet immeuble de l’arrondissement de Saint-Laurent, Montréal.
Photo AFP

Le régime de Bachar Al-Assad a pu contourner les sanctions internationales et financer sa machine de guerre grâce entre autres à trois sociétés-écrans basées aux Seychelles.

Pakistan

La majorité des entreprises administrées par Annette Laroche donnent l’adresse de cet immeuble de l’arrondissement de Saint-Laurent, Montréal.
Photo AFP

Le premier ministre pakistanais Nawaz Sharif, dont la famille est éclaboussée, a annoncé hier la création d’une commission judiciaire qui tranchera sur la réalité et sur le poids de ces allégations.