/sports/fighting
Navigation

Donner un sens à sa vie grâce au sport

Victoria Mercado a trouvé refuge dans la boxe

Coup d'oeil sur cet article

Vous êtes-vous déjà retrouvé, à un moment ou un autre de votre vie, à la croisée des chemins à vous demander si vous deviez tourner à gauche plutôt qu’à droite? Devoir prendre une décision qui aurait des répercussions pour le reste de votre vie? Eh bien, ce fut le cas de Victoria Mercado qui, à l’âge de 12 ans seulement, s’est cruellement retrouvée face à son destin.

Il faut retourner deux ans en arrière, quand Victoria pesait 225 livres.

Pour l’adolescente née d’un père panaméen et d’une mère française, effectuer une simple tâche du quotidien, comme monter un escalier, pouvait constituer un effort colossal.

La peau de son cou était devenue si épaisse qu’elle avait changé de couleur.

Ça n’allait plus. Il fallait consulter ­illico un docteur.

Après avoir passé une série de tests, le diagnostic est tombé: Victoria était à la limite d’un diabète de type 2 juvénile.

C’est là que le son de la cloche a retenti.

«J’ai eu très peur, indique-t-elle au Journal de Montréal. Ça a déclenché une switch dans ma tête.»

Intimidation

Pour aider leur fille à se prendre en mains, ses parents ont voulu l’inscrire à un sport parascolaire.

Une idée à laquelle la principale ­intéressée n’était pas très chaude.

En plus de l’intimidation dont elle était victime, Victoria avait une très mauvaise estime de soi et un cercle d’amis assez limité.

«Je n’avais qu’une seule amie au ­primaire», se souvient la Léonardoise.

Mais comme plusieurs victimes d’intimidation, elle a «préféré» garder le silence.

Exutoire

Un jour, son regard a croisé l’annonce du centre sportif Ludus sur le babillard de l’école secondaire Antoine-de-Saint-Exupéry, à Saint-Léonard.

Victoria ne le savait pas encore à ce moment-là, mais sa vie allait changer du tout au tout.

Elle n’oubliera jamais la date du 21 mai 2014.

«C’est la première fois que j’ai mis les pieds au gym et que j’ai essayé la boxe, se remémore-t-elle. J’ai tellement adoré ça! Je suis littéralement tombée en amour avec la boxe.

«Ça a changé le cours de ma vie», poursuit-elle.

Le directeur du centre et entraîneur-chef de la boxe, Pascal Brabant, se souvient encore très bien du regard de la jeune fille qui a franchi les portes de l’établissement cette journée-là.

Un regard à la fois morne et déterminé. Avant même les premières gouttes de sueur, les deux ont fait un pacte.

«Si tu veux, moi je veux. On va avancer, mais il faut que ce soit ensemble», lui a fait promettre celui qui a également dû surmonter un problème de surpoids.

Plus de trace du diabète

S’il y avait du pain sur la planche, ­Victoria s’est assurée de ne pas en laisser traîner une miette.

En prenant les bouchées doubles, l’adolescente a réussi à perdre 45 livres en plus de transformer beaucoup de graisse en muscle.

Ce qui devait être une simple activité de mise en forme s’est rapidement transformé en quelque chose de beaucoup plus important.

«On a constaté qu’elle avait beaucoup de talent», témoigne M. Brabant.

Le 1er avril dernier, la boxeuse de 14 ans a démontré l’étendue de son talent en devenant championne canadienne de boxe olympique juvénile dans la catégorie des super-lourds, un exploit qu’elle n’aurait pas cru possible il y a deux ans.

Mais sa plus grande fierté à ce jour est d’avoir passé le K.-O. à un adversaire de taille: le diabète.

«J’ai passé des tests il y a environ huit mois et il n’y a plus aucune trace!» dit-elle avec beaucoup de satisfaction.

Comme quoi aucune montagne ne peut se dresser devant nous avec de la ­volonté.

 

Qu’est-ce que le diabète de type 2 ?

Le diabète de type 2 est la forme la plus fréquente de diabète (90 % des cas). Il se manifeste généralement chez des individus de 40 ans et plus*. Dans le cas de Victoria, elle devait vaincre une intolérance au glucose précurseur du diabète de type 2 juvénile.

La boxe, un mode de vie

Victoria Mercado ne s’en cache pas. Avant que la boxe entre dans sa vie, l’école n’avait ­jamais été sa tasse de thé.

«Je n’avais aucun intérêt envers l’école, fait-elle valoir. Rien ne m’intéressait.»

Dès qu’elle a eu la piqûre de la boxe, l’adolescente a voulu joindre le programme de sport-études boxe de l’école Antoine-de-Saint-

Exupéry, instauré par M. Brabant lui-même.

Son mauvais rendement scolaire l’a toutefois freiné dans son élan, puisqu’une moyenne ­globale de 75 % est requise pour être admis.

«Ça a été ma plus grande motivation et ce l’est encore aujourd’hui», admet-elle.

Discipline

Victoria s’est donc imposé une discipline ­militaire sur les bancs d’école.

Ses efforts ont rapidement porté leurs fruits.

Une fois les 75 % nécessaires obtenus, plutôt que de s’asseoir sur ses lauriers, Victoria a fait grimper ses notes à 80 %, puis à 85 %.

«Je n’aurais jamais cru ça possible», constate celle qui fait maintenant partie du programme.

Si l’idée de finir son secondaire était saugrenue à l’époque, elle est loin de l’être ­aujourd’hui.

«J’aimerais bien aller à l’université et devenir ingénieure en structure d’acier, rêve-t-elle. J’ai toujours aimé dessiner et j’ai le souci du détail.»

Espèce rare

Si les poids lourds sont habituellement reconnus pour leur puissance de frappe et leur position statique, Victoria se démarque de la compétition par sa rapidité et son jeu de pieds.

«Les gens sont toujours surpris quand ils me voient boxer», explique la boxeuse qui se bat dans la catégorie des 80 kg et plus.

L’équipe Mercado est à même de constater que les boxeuses de poids super-lourds sont en voie de disparition.

Pour pallier le problème, la championne canadienne a l’intention d’aller se battre dans les prochains mois aux États-Unis et en Irlande, où les compétitrices dans sa catégorie sont plus nombreuses.

Son prochain objectif? Les Jeux olympiques de 2020, à Tokyo. Elle aura alors 18 ans.

 

Palmarès de Victoria Mercado (8-1)

 

2016

Médaillée d’or

Championne canadienne de boxe olympique juvénile

Médaillée d’or

Coupe Brampton, en Ontario

Médaillée d’or

Défi des champions. Nomination de championne du Québec

 

2015

Médaillée d’or aux Gants d’argent

Médaillée d’argent aux Gants de bronze

Médaillée d’or à la Coupe impérium