/opinion/columnists
Navigation

Le serment d’hypocrite

Coup d'oeil sur cet article

Sur le site du Gouvernement du Québec, on peut lire que le Ministère de la Santé «a pour mission de maintenir, d’améliorer et de restaurer la santé et le bien-être» des Québécois. La formulation est élégante et rassurante. Dommage que la réalité la contredise!

Le Québec souffre d’un manque chronique de médecins. Pour des centaines de milliers de personnes, le plus grand défi n’est pas de lutter contre la maladie, mais bien de trouver un médecin qui daigne les recevoir, ne serait-ce que quelques instants, avant que leur maladie encore soignable ne devienne incurable.

Des malades attendent

Pourtant, une solution rapide, efficace et économique existe.

Chaque année, des centaines de médecins immigrent au Québec. Une main-d’œuvre abondante dont la formation ne nous a rien coûté est prête et disposée à travailler. Après vérification diligente de leurs compétences, il serait logique que les médecins immigrants puissent exercer. Tant de malades attendent!

Mais il n’en est rien. En dépit des places vacantes en résidence, les facultés de médecine refusent depuis longtemps des médecins étrangers pourtant expérimentés et bardés de diplômes reconnus. Et on apprenait cette semaine que 56% des médecins français qui ont déposé une demande de permis depuis 2009 attendent toujours. Pourtant, le fonctionnement du corps humain n’est-il pas le même que l’on soit québécois ou français?

Deux vitesses

Mais ne concluons surtout pas que Québec manque de compassion! Notre élite politique n’a pas hésité à voter une loi pour autoriser l’aide médicale à mourir. Elle nous a montré qu’elle est rapide et flexible lorsqu’il s’agit d’aider les gens à mourir. Alors pourquoi est-elle lente et rigide lorsqu’il est question de permettre aux malades d’être soignés et de vivre?

En somme, Québec facilite l’accès à l’aide à mourir, mais complique l’accès à l’aide à vivre. Par souci financier et pour des raisons corporatistes, le serment d’Hippocrate est renié. Le serment d’hypocrite l’a remplacé!