/investigations/taxes
Navigation

De riches acheteurs chinois débarquent à Montréal

Ils représentent jusqu’à 80 % des investisseurs dans certaines tours du centre-ville

Coup d'oeil sur cet article

Les acheteurs d’origine chinoise sont maintenant les plus importants clients des petits et grands projets de copropriétés neuves du centre-ville de Montréal, a découvert notre Bureau d’enquête après des mois de vérification des transactions immobilières.

Des centaines d’acheteurs fortunés d’origine chinoise ont investi près de 140 millions de dollars dans des copropriétés de l’arrondissement Ville-Marie, depuis le 1er janvier 2015.

Ces achats massifs sont souvent payés comptant, c’est-à-dire sans hypothèque (à lire demain). Ils se font malgré une loi du gouvernement chinois qui interdit à ses citoyens de sortir plus de 50 000 $ US du pays par année.

Le phénomène s’étend aussi à des projets domiciliaires cossus de certaines banlieues de Montréal.

«Montréal est un havre de paix et un lieu sécuritaire pour déplacer son argent hors de Chine. Voilà ce qui explique tous ces achats», estime le notaire montréalais William Malkinson, qui a vu son chiffre d’affaires augmenter de façon importante grâce à cette nouvelle manne.

Les Chinois achètent aussi bien des copropriétés de petite ou moyenne dimension, mais aussi des propriétés de grand luxe, ajoute-il.

«Ils trouvent un projet ou un quartier qu’ils aiment, dit-il, et ils achètent tout.»

Pas encore de surchauffe

Me Malkinson estime que les acheteurs chinois ne gonflent pas encore la valeur du marché immobilier de Montréal, comme cela a été le cas à Vancouver.

Selon lui, ils soutiennent plutôt un marché immobilier qui serait en difficulté sans eux.

Ce sentiment est partagé par le courtier Martin Rouleau, du Groupe Sutton à Westmount, spécialiste de la clientèle chinoise.

«Ils ne sauvent pas le marché à Montréal, ils ne le gonflent pas non plus, mais ils le soutiennent certainement», estime M. Rouleau, qui a lui-même voyagé en Chine.

«C’est beau de construire toutes ces tours de copropriétés à Montréal, poursuit-il, mais ça prend du monde pour les acheter et vivre dedans. On a moins de stock grâce à eux (les acheteurs chinois).»

Me Malkinson pense toutefois qu’on n’est pas très loin d’un gonflement du marché si cette tendance se poursuit.

Pas d’hypothèque

Certains clients chinois achètent des copropriétés montréalaises variant de 182 000 $ à 550 000 $ sans aucune hypothèque, selon notre enquête.

Me Malkinson s’est lui-même posé des questions sur la provenance des fonds de certains clients, surtout dans le cas de jeunes Chinois qui font leurs études universitaires ici et qui achètent des condos sans emprunt.

«La plupart des étudiants n’ont pas les moyens d’acheter des propriétés au centre-ville de Montréal, dit-il. Ils n’ont même pas les moyens d’acheter des propriétés du tout.»

Certains clients lui ont donné une partie de la réponse. «Ils m’ont répondu: “Si tu connais assez de monde au gouvernement, tu peux sortir ton argent de Chine”.»

5 PROJETS SOUS LA LOUPE

PROJET XACT CONDO
Photo Le Journal de Montréal, Ben Pelosse

1390, du Fort (l’ancien Hôtel du Fort, entre Sainte-Catherine et René-Lévesque)

  • Promoteur : Magil Laurentienne
  • Ventes à des Chinois: 51 des 89 achats enregistrés à ce jour par des clients chinois (57 %)

Total investi par des Chinois: 57% (16,53 M$)

PROJET 1205 Mackay
Photo Le Journal de Montréal, Ben Pelosse

1205, Mackay (entre Sainte-Catherine et René-Lévesque)

  • Promoteur : Les Propriétés Belcourt inc.
  • Ventes à des clients chinois: 82 des 95 unités vendues à ce jour (86 %).

Total investi par des Chinois: 86% (21,6 M$)

La Tour des Canadiens I et II
Photo Le Journal de Montréal, Pierre-Paul Poulin
  • Promoteur : Consortium Cadillac Fairview, Canderel, le Fonds immobilier de solidarité FTQ et le Club de hockey Canadien.

Coûts de construction:

Phase 1: 230 M$ – 552 condos

Phase 2: 150 M$ – 438 unités

Ventes à des clients chinois 25% selon trois sources

PROJET CENTRA
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier

1181, Bishop (entre Sainte-Catherine et René-Lévesque)

  • Promoteur : Groupe Immobilier Supérieur inc. contrôlé par Bachar Al-Ghreiwaiti, un entrepreneur issu d’une famille syrienne très riche. (Al-Ghreiwaiti est lui-même nouvellement établi à Montréal comme immigrant investisseur)
  • Ventes à des clients chinois : 44 des 55 achats inscrits au Registre (80 %)

Total investi par des Chinois: 80% (13,6 M$)

PROJET BOIS DES CARYERS
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier

Condos à étages dans l’arrondissement de LaSalle

  • Promoteur initial : 9181-5712 Quebec inc.
  • Ventes : 117 unités sur 197 (60 %) à des acheteurs portant des noms chinois.

Total investi par des Chinois: 60% (55,1 M$)

* Sources : Registre foncier du Québec et analyse des documents de vente par le Bureau d’enquête 

– Avec la collaboration de Philippe Langlois

Comment sortir des millions ?

Pour sortir les fonds de Chine, des acheteurs chinois ont recours à toutes sortes de stratégies, révèle notre enquête.

On utilise des prête-noms, de la fausse facturation, du transport ou du transfert d’argent liqui­de par des amis ou des membres de la famille.

La fausse facturation (le misinvoicing) est devenue un si gros problème en Chine que les données sur les échanges commerciaux, les paiements bancaires et les importations déclarées aux douanes ne reflètent plus la réalité dans ce pays, selon­­ Christopher Balding, un économiste et professeur à la HSBC School of Business de l’Université de Pékin à Shenzhen­­.

«Ce n’est pas parce que les gens achètent des propriétés de luxe que cela signifie nécessairement qu’elles ont été achetées avec des produits de la criminalité», estime toutefois un haut responsable au service du renseignement financier canadien.

Les Tours des Canadiens sont aussi celles des Chinois

Aucun des actes de vente des Tours des Canadiens n’est encore inscrit au Registre immobilier du Québec. Toutefois, plusieurs sources dans le monde de l’immobilier et de la finance indiquent qu’il y a un grand nombre d’acheteurs de l’extérieur du pays et un fort pourcentage de clients chinois.

Un agent immobilier montréalais nous a même dit qu’il y avait des autobus entiers d’acheteurs chinois venus de l’Ontario et d’ailleurs pour visi­ter le projet et acheter. Sandra Boiridy, coordonnatrice du marketing pour les Tours des Canadiens, n’a pas voulu répondre à nos questions. Son agence, le cabinet de relations publiques National, non plus.

Une agence immobilière chinoise de Montréal, Diamant et Diamant inc., a été active pour vendre des condos dans ces tours. Elle a même organisé des séances de prévente pour des «acheteurs asiatiques».

La copropriétaire de Diamant, Jocelyn Kao, n’a pas voulu parler des ventes.

Un exode massif de capitaux

Environ 450 milliards de dollars sortent chaque année de Chine­­, selon des économistes de la maison de finance américaine JP Morgan.

Ce phénomène inquiète les dirigeants politiques du Parti communiste, qui ont adopté des mesures de contrôle sur les sorties de fonds.

La majeure partie des fonds sont investis dans l’immobilier.

Une étude réalisée par la Banque de Chine et le Hurun Report en 2011 a révélé que 60 % des riches en Chine étaient soit en train de déménager à l’étranger, soit envisageaient de le faire dans les années à venir.

Aux fins de l’étude, un individu «riche» avait été défini comme une personne ayant une fortune de plus de 10 millions de yuans (environ 1,5 M$ US), un patrimoine considérable en Chine.