/investigations/taxes
Navigation

Six raisons pour lesquelles les Chinois investissent ici

Coup d'oeil sur cet article

Les acheteurs d’origine chinoise sont maintenant les plus importants clients des petits et grands projets de copropriétés neuves du centre-ville de Montréal.

Les acheteurs d’origine chinoise sont maintenant les plus importants clients des petits et grands projets de copropriétés neuves du centre-ville de Montréal.

Voici plusieurs raisons qui expliquent l’intérêt des Chinois pour le marché de Montréal, selon les experts consultés par notre Bureau d’enquête.


1- Les prix des copropriétés dans la région de Montréal sont beaucoup moins élevés, comparativement à ceux de Vancouver et de Toronto.

Investissement Québec souligne ce fait dans une présentation PowerPoint en chinois publiée sur internet. À Montréal, le prix médian d’un condo était de 324 442 $ avant Noël, alors qu’il était de 390 456 $ à Toronto et de 540 798 $ à Vancouver. Le gouvernement du Québec recrute donc des immigrants-investisseurs, avec un quota de plus de 1200 ressortissants chinois par année.

2- Sécuriser leur fortune familiale en achetant des actifs à l’extérieur de la Chine.

Ils veulent ainsi les mettre à l’abri de saisies par les autorités chinoises en cas d’enquête de corruption sur eux ou sur leurs entreprises. Ces enquêtes sont parfois arbitraires et liées à des règlements de comptes politiques.

3- Acheter une résidence pour un ou plusieurs enfants qui font leurs études universitaires à Montréal.

Le nombre d’étudiants chinois à McGill, à Concordia, à l’École de technologie supérieure, à l’Université de Montréal ou à l’Université du Québec à Montréal est en croissance. En Chine, les places sont difficiles à obte­nir à l’université et la concurrence est féroce.

4- Sortir leurs conjoints, enfants, parents et même leurs petits-enfants de la pollution.

Vivre dans les grandes villes chinoises comme Pékin ou Shanghaï est devenu un cauchemar en raison d’une pollution industrielle de plus en plus intolérable, surtout durant l’hiver, avec l’utilisation de charbon comme source d’énergie.

5- Des vols directs entre Montréal et Beijing (avec Air Canada et Air China) ont été établis en septembre 2015.

La consule générale de Chine à Montréal à l’époque avait souligné l’événement, estimant au cours d’une réception que le «vol direct facilitera­­ les échanges de personnel (entre les entreprises chinoises et québécoises) et donnera une nouvelle vitalité à la coopération commerciale et culturelle».

6- Blanchir de l’argent sale provenant d’activités­­ criminelles en Chine.

Plusieurs cas de fraude et de blanchiment d’argent impliquant des ressortissants chinois ont été révélés à Toronto et à Vancouver, mais encore aucun à Montréal. Toutefois, Immigration Québec a déjà rejeté certains candidats immigrants-investisseurs chinois (avant qu’ils soient finalement admis) après avoir détecté des irrégularités dans leurs déclarations d’avoirs financiers ou des omissions importan­tes, comme le montrent des documents.