/news/politics
Navigation

Trudeau doit être un acteur-clé du projet Énergie Est, selon Mulroney

Selon Brian Mulroney, le premier ministre doit être un acteur clé du controversé projet

Trudeau doit être un acteur-clé du projet Énergie Est, selon Mulroney
Photo Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

KANANASKIS | Le premier ministre Justin Trudeau doit jouer un rôle de leader pour convaincre les Canadiens de se ranger derrière les projets de pipeline, dont le controversé Énergie Est, affirme Brian Mulroney.

L’ex-premier ministre conservateur a fait cette déclaration dimanche alors que M. Trudeau se réunissait avec son cabinet pour une retraite de trois jours en Alberta, au cœur de l’exploitation des sables bitumineux.

Catalyseur

M. Mulroney estime que si le premier ministre actuel n’est pas responsable des «15 dernières années d’inaction dont il a hérité», il doit maintenant jouer le rôle de catalyseur pour ces projets, à commencer par Énergie Est, le plus avancé d’entre eux, a-t-il fait valoir.

«C’est une belle occasion pour le premier ministre. C’est un grand défi et il n’y a rien de garanti», a plaidé M. Mulroney sur les ondes du réseau anglais CTV.

«Je pense qu’il a les compétences et qu’il a l’intérêt [...] et s’il ne le fait pas, ce sera un élément majeur qui marquera les livres d’histoire», a-t-il poursuivi.

Selon M. Mulroney, les projets de pipeline ne servent pas seulement les intérêts de l’Ouest du pays». «Nous ne pouvons pas garder 174 milliards de barils de pétrole en Alberta [...] sans rien faire», a-t-il lancé.

Maires réticents

Jusqu’à maintenant, face à la réticence des maires du Québec sur le projet Énergie Est, M. Trudeau s’est plutôt décrit comme un «arbitre responsable» dans ce dossier.

Le PM Justin Trudeau a entamé une retraite de trois jours avec son conseil des ministres, à Kananaskis en Alberta, où la question des pipelines est un enjeu majeur.
Photo Dominique Lahaye
Le PM Justin Trudeau a entamé une retraite de trois jours avec son conseil des ministres, à Kananaskis en Alberta, où la question des pipelines est un enjeu majeur.

Pour sa première séance de travail à Kananaskis, le cabinet Trudeau a reçu la visite de la première ministre néo-démocrate Rachel Notley qui défend la nécessité pour sa province de construire des oléoducs.

À l’entrée de sa rencontre du cabinet, M. Trudeau a fait référence aux «défis» auxquels le pays – entre autres l’Ouest – est confronté, et dit vouloir se pencher sur la manière dont «le gouvernement fédéral peut jouer un rôle très positif».