/24m/job-training
Navigation

Le travail à domicile... de plus en plus populaire

Le travail à domicile... de plus en plus populaire
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Populaire... mais pas suffisamment, selon les résultats d’un sondage effectué par BMO Groupe Financier qui révèle que seulement 16 % des entreprises québécoises de 50 employés et moins autorisent le télétravail à leurs employés.

Il faut savoir que la proportion gonfle à 31 % dans le reste du pays. Le CEFRIO en a fait une analyse qui conclut que l’implantation d’un programme de télétravail bouleverse les rôles et les relations des acteurs organisationnels. Par contre, cela ne signifie pas que le télétravail est impossible au Québec. Il faut tout simplement savoir qu’il nécessite un ajustement des pratiques de gestion.

« À l’issue de cette étude portant sur un sondage de 216 télétravailleurs salariés, sur sept cas différents de télétravail et sur la revue des écrits dans ce domaine, force est de constater que le télétravail présente un potentiel réel de conciliation de la performance organisationnelle et de la qualité de vie au travail », selon l’organisme.

En effet, deux éléments s’imposent comme les résultats les plus importants du télétravail : d’une part, l’augmentation des performances quantitatives et qualitatives des télétravailleurs et, d’autre part, l’amélioration de leur qualité de vie et de leur satisfaction au travail.

L’ajustement des pratiques de gestion sera d’autant plus grand si l’organisation a maintenu un style de gestion traditionnel basé sur le contrôle des présences et des comportements. En revanche, les organisations habituées à la gestion à distance, à la responsabilisation des individus et à la mesure de l’atteinte d’objectifs éprouveront peu de difficultés lors de l’implantation du télétravail.

Ainsi, un tel projet peut être l’occasion de s’interroger sur le style de gestion désiré et agir comme facteur de changement organisationnel. Dans cette optique, le télétravail constitue une avenue tout à fait viable.