/entertainment/comedy
Navigation

Lucide et décalé

Coup d'oeil sur cet article

Auteur et comédien qui connaît présentement un grand succès avec ses rôles dans Les beaux malaises et Boomerang, Fabien Cloutier donnait, hier, la première médiatique de son tout nouveau spectacle solo, Assume. Exit son personnage du «chum à Chabot», révélé dans les spectacles Scotstown et Cranbourne, le comique nous apparaît ici en lui-même. Un Fabien Cloutier lucide et décalé. À notre plus grand plaisir.

L’ouverture

C’est sous l’air de La journée qui s’en vient est flambant neuve, d’Avec pas d’casque, que Fabien Cloutier fait son arrivée sur la scène du Théâtre Outremont. Sans perdre une seconde, il dit au public qu’il fantasme de tuer un écureuil à coups de marteau. «Je viens d’une famille de chasseurs», explique-t-il. Le ton est donné. L’humoriste s’avère joliment décalé et parfois absurde. Il rit des autres humoristes en disant qu’il ne posera pas à la foule la question fondamentale en humour: «ça va bien?» Bonne idée.

« Oreilles frisées »

En entrevue, Fabien Cloutier avait dit qu’il aimait faire «friser» les oreilles du monde dans ses spectacles. Avec Assume, il poursuit sur sa lancée, se permettant même d’aller encore plus loin qu’avant. Ici, Cloutier livre un spectacle «sans bullshit» et parfois trash, lançant des phrases que seul lui peut se permettre. Un exemple? Il parle notamment de «pénétrer le pape François». «A-t-il vraiment dit ça?» se demande-t-on souvent.

Les émissions de décoration

En plus d’écorcher «subtilement» l’émission La Voix, qui rend populaires des candidats au passé difficile, Fabien Cloutier se fait un joyeux plaisir de rire des participants qui passent dans les émissions de décoration, à la Décore ta vie. Se demandant pourquoi ces personnes-là ne sont pas capables de choisir elles-mêmes la couleur des murs de leur cuisine, il se questionne sur comment elles vont ensuite choisir pour qui voter aux élections. Judicieux.

Le Lac-Saint-Jean dans le tordeur

L’un des moments les plus comiques du spectacle est à propos du Lac-Saint-Jean. Fabien Cloutier ne se gêne pas pour rire de cette région «qui est la plus surestimée au monde», selon lui. «Votre histoire de sept filles pour un gars... vous comptez vos grands-mères!» «Quand ils donnent un t-shirt de Coors Light dans une caisse de 24, au Lac-Saint-Jean, ils le portent.» Très bien reçues à Montréal, ces blagues seront-elles aussi bien accueillies dans le coin d’Alma?

Têtes de turc

Dans Assume, Fabien Cloutier mentionne, faussement, qu’il ne juge personne. Dans les 90 minutes qui suivent, le comédien rit autant de Jacquelin-qui-travaille-dans-un-centre-d’appels que des familles qui s’habillent en thème («une femme qui regarde la Reine des neiges habillée en Winnie-the-Pooh, c’est une invitation à l’adultère»), en passant par les «collectionneurs d’attaches à pain» et les jeunes mamans qui vont sur les forums de discussion. Dans la grande majorité des cas, Cloutier touche la cible de plein fouet.

Le verdict

Assume n’est vraiment pas pour tous. Mais si vous aimez l’humour décalé de Fabien Cloutier dans Paparagilles et Esprit critique, ce spectacle solo vous plaira assurément. L’auteur y livre un propos brillant, et trash à souhait, sur les travers de la société. Un spectacle grinçant et nécessaire.