/news/currentevents
Navigation

Les Québécois insatisfaits du système de justice

Seulement 51 % des Québécois ont une opinion positive de l’appareil judiciaire et des avocats

À peine 6 % de la population dit avoir une opinion «très positive» du système judiciaire, selon un récent sondage réalisé pour le compte du ministère de la Justice.
Photo d’archives À peine 6 % de la population dit avoir une opinion «très positive» du système judiciaire, selon un récent sondage réalisé pour le compte du ministère de la Justice.

Coup d'oeil sur cet article

La population rend un verdict implacable à l’endroit de son système de justice. À peine la moitié des citoyens s’en disent satisfaits et deux Québécois sur cinq ne lui font même pas confiance.

C’est ce qui ressort d’un sondage réalisé auprès de 1018 répondants l’hiver dernier pour le compte du ministère de la Justice du Québec et dont Le Journal a obtenu copie.

«On peut faire mieux»

«C’est un message qu’on ne peut pas mettre de côté. On doit en prendre acte et tenter de renverser la vapeur. On peut certainement faire mieux», a réagi la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, qui s’est dite «frappée» par plusieurs données de cette «Enquête sur le sentiment d’accès et la perception de la justice du Québec».

En outre, seulement 51 % des Québécois ont une opinion positive du système judiciaire et 59 % lui font «très ou assez» confiance.

«Ce sondage est un outil pour mesurer les efforts qu’on a faits et cela nous indique qu’il reste beaucoup de travail à faire. La commande est immense», a commenté la juge en chef de la Cour du Québec, Elizabeth Corte, qui aurait souhaité que le taux de satisfaction populaire soit «beaucoup plus élevé».

Stéphanie Vallée, Ministre
Photo courtoisie
Stéphanie Vallée, Ministre

«Ça doit servir de motivation à tous les intervenants pour travailler à rehausser la confiance du public envers le système. Nous devons faire ce travail tous ensemble. Les priorités doivent être axées sur le citoyen», a-t-elle poursuivi.

Avocats impopulaires

Le niveau de confiance envers les avocats – soit 51 %, de loin le plus faible dans l’évaluation des intervenants du système judiciaire par les répondants – interpelle la ministre Vallée, elle-même avocate spécialisée en droit familial.

«C’est étonnant, a-t-elle dit au Journal. On constate aussi que les honoraires des avocats semblent représenter un frein à l’accessibilité de la justice.»

Me Marie-Pier Boulet, vice-présidente de l’Association des avocats de la défense de Montréal, a plaidé pour sa profession.

Elizabeth Corte, Juge en chef
Photo courtoisie
Elizabeth Corte, Juge en chef

«Pour moi, ce sondage démontre que le niveau de confiance du public envers les avocats n’est pas fondé sur l’expérience vécue, mais plutôt sur des perceptions. Le sondage précise d’ailleurs que seulement 19 % des répondants ont eu recours aux services d’un avocat et que 70 % de ces gens en ont été satisfaits.»

La criminaliste croit cependant que les avocats «ont des efforts à faire pour améliorer leur image». «La priorité serait d’assainir nos relations entre nous», a-t-elle avancé en évoquant «les chicanes» entre représentants de la défense et de la Couronne ou lors de litiges civils.

Réduire les délais

Selon la ministre Vallée, «il faut trouver de nouvelles façons de faire pour donner de l’oxygène au système, tant en matière criminelle que civile».

Elle a récemment demandé à tous les acteurs du système de s’attaquer aux délais judiciaires – il faut attendre trois ans, en moyenne, avant d’avoir un procès en matière criminelle à Montréal – «qui affectent la confiance du public».

Les représentants du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) pourraient «faire les premiers pas pour offrir des propositions de règlements plus hâtifs» à leurs collègues de la défense, d’après la ministre.

Le verdict populaire

  • 45 % des Québécois ont une opinion négative du système judi­ciaire
  • Seulement 6 % en ont une opinion «très positive» et 45 % en ont une «plutôt positive»
  • 52 % estiment que les jugements rendus ne sont pas justes
  • 58 % s'intéressent à l’actualité judiciaire dans les médias
  • 23 % ont déjà été impliqués dans un procès et 55 % d’entre eux qualifient leur expérience de négative
  • 41 % ne font pas confiance au système de justice
  • 46 % croient que le système judiciaire n’est pas indépendant du pouvoir politique
  • 84 % de la population dit faire confiance aux notaires
  • 77 % aux policiers et au personnel administratif des palais de justice, et 72 % aux juges
  • Seulement 51 % font confiance aux avocats
  • 69 % des Québécois disent qu’ils n’auraient pas les moyens financiers de se payer un avocat pour les défendre devant les tribunaux