/finance/business
Navigation

Un proprio de PME sur trois gagne moins de 33 000$ de salaire

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL |  Les propriétaires de PME ne roulent pas sur l’or, le tiers gagne moins de 33 000 $ par année et bon nombre d’entre eux travaillent plus de 50 heures par semaine, selon un rapport de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI).

Les données tirées de Statistique Canada démontrent aussi que les deux tiers des travailleurs autonomes et propriétaires de PME gagnent moins de 73 000 $, ce qui se situe au centre de la tranche de revenu considérée comme étant la classe moyenne.

Les employeurs dont les revenus annuels sont inférieurs à 40 000 $ sont quatre fois plus nombreux que ceux qui gagnent 250 000 $ ou plus.

«Ces statistiques viennent contredire certains préjugés» sur les salaires prétendument élevés que se versent les propriétaires de PME, a fait remarquer Martine Hébert, vice-présidente principale et porte-parole nationale de la FCEI.

«Dans la réalité, environ deux entrepreneurs canadiens sur trois font partie de la classe moyenne. On parle ici de nos garagistes, de nos comptables, de nos coiffeurs et de nos paysagistes, par exemple.»

L’étude fait aussi ressortir que dans les industries où les employés touchent des revenus faibles, les employeurs ont également des revenus faibles.

Selon Mme Hébert, si les chefs de PME n’empochent pas de gros salaires ou ne se versent pas de gros dividendes, c’est d’abord parce qu’ils choisissent de réinvestir les profits dans leur entreprise, ou encore dans les augmentations salariales, la formation de leur personnel ou l’achat d’équipements.

Par ailleurs, à peine 8000 PME génèrent un revenu imposable de près de 500 000 $ par année, comparativement à 390 000 entreprises qui génèrent moins de 100 000 $ de revenu imposable par année.