/sports/hockey/canadien
Navigation

Les deux versions d’une absence

Kari Jalonen, l’entraîneur de l’équipe finlandaise, s’explique mal l’absence d’Artturi Lehkonen

SPO-CANADIEN-LNH
Photo d'archives Arturri Lenkonen qui vient de signer une entente avec le Canadien, ne jouit pas d’une grande popularité dans le camp de l’équipe finlandaise, ­actuellement.

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-PÉTERSBOURG | Artturi Lehkonen a écrit son nom au bas d’un contrat de trois ans avec le Canadien. Dans l’entourage de l’équipe finlandaise au Championnat du monde, Lehkonen a fait parler de lui pour d’autres raisons que son premier contrat professionnel avec le CH.

Il y a toujours deux côtés à une médaille. C’est le cas pour l’histoire de ­Lehkonen et son absence en Russie.

Après un fabuleux parcours en séries avec l’équipe de Frolunda, en Suède, l’attaquant de 20 ans a fait une croix sur une participation au Mondial avec son pays natal, la Finlande.

En entrevue au Journal de Montréal, Kari Jalonen n’a pas mâché ses mots pour décrire son absence de l’équipe nationale.

«La raison principale, c’est qu’il ne voulait pas venir, a dit l’entraîneur en chef de la Finlande après un entraînement de son équipe à l’aréna Yubileiny de Saint-Pétersbourg. C’est sa décision. Nous avions de l’intérêt pour lui, mais il a répondu qu’il était trop fatigué.»

«Honnêtement, je ne comprends pas, a poursuivi Jalonen. Je me répète, mais la raison de son absence, c’est lui. Nous voulions lui faire une place.»

L’exemple de Barkov

Relancé quant à savoir si ses négociations avec le Tricolore ou son long parcours en séries en Suède pouvaient justifier sa décision, Jalonen a encore une fois exprimé sa frustration.

«Je suis déçu de sa réaction, a-t-il dit. Je ne comprends pas la fatigue. Aleksander Barkov est ici pour nous en Russie et il jouait pour les Panthers au premier tour des séries contre les Islanders. Il a terminé sa saison bien après celle de Lehkonen. C’est le Championnat du monde, c’est gros. En temps normal, tu ne refuses pas une invitation.»

La Finlande mise sur l’une des meil­leures équipes en Russie avec les présences de Mikko Koivu, Mikael Granlund, Jussi Jokinen, Leo Komarov et de la jeune sensation de 18 ans, Patrik Laine.

L’autre côté

Le Canadien a offert un son de cloche complètement différent. Un représentant du Tricolore a joint Lehkonen alors qu’il était en vacances en Europe pour obtenir sa version.

«Artturi voulait y participer, mais les dirigeants finlandais lui demandaient d’arriver pour le camp de l’équipe au lendemain de sa victoire en séries avec l’équipe de Frolunda, a expliqué le porte-parole du Canadien. Il avait aussi besoin de temps pour récupérer son passeport. Et, il n’avait pas la certitude d’avoir une place au sein de l’équipe.»

Sans une promesse d’un poste et avec l’arrivée de quelques joueurs de la LNH à la dernière minute, Lehkonen a finalement choisi de ne pas se présenter au camp.

Dans son discours, Jalonen n’avait jamais parlé de la nécessité d’acquérir un visa et de ses exigences de le voir débarquer pour un camp aussi rapidement après une aussi longue route en séries.

Un capitaine junior

Sur la scène internationale, Lehkonen a porté à trois reprises les couleurs de la Finlande au Championnat du monde junior.

En janvier 2015, il était même le capitaine de l’équipe et en 2014, il a aidé les siens à gagner l’or.

Un saut possible à Montréal

SAINT-PÉTERSBOURG | Christian Lechtaler, le directeur général de Frolunda, pourrait faire son deuil d’Artturi Lehkonen dès l’autonome prochain.

«Il n’y a rien d’impossible pour lui, je crois qu’il a le talent pour faire le saut avec le Canadien dès cet automne», a déclaré Lechtaler lors d’une entrevue téléphonique au Journal.

Un souhait

«Mais, la LNH, c’est l’autre étape, c’est la meilleure Ligue du monde, a-t-il enchaîné. Tu dois être bon tous les soirs et les équipes jouent souvent quatre fois par semaine. Je crois qu’il pourrait gagner encore plus en maturité en jouant une dernière saison en Suède. Mais, c’est mon opinion personnelle. Et, je peux dire que je ne détesterais pas le revoir chez nous!»

Lehkonen, qui a encore une saison à son contrat à Frolunda, pourrait retourner en Suède l’an prochain s’il ne parvient pas à gagner un poste à Montréal au prochain camp.

Selon les ententes entre les différentes ligues, Frolunda a la priorité sur les IceCaps de St. John’s.

Un record d’Alfredsson

Repêché au deuxième tour (55e au total) en 2013 par le Tricolore, l’ailier de 6 pi et 174 lb a connu une très bonne saison cette année à Frolunda, en Suède.

Malgré son jeune âge, 20 ans, il a terminé au sommet des marqueurs en séries avec 19 points (11 buts, 8 aides) en seulement 16 rencontres.

«Je peux expliquer son jeu en trois mots: il travaille fort, a dit Lechtaler. Artturi était sans l’ombre d’un doute l’un de nos meilleurs joueurs en fin de saison.»

En séries, Lehkonen a battu un record d’équipe avec ses 19 points, éclipsant l’ancienne marque de Daniel Alfredsson (2005).

En finale, les Indians de Frolunda ont battu Skelleftea en cinq rencontres.

«C’était une assez grosse histoire pour les médias de chez nous quand il a brisé cette marque d’Alfredsson, a mentionné Lechtaler. Nous étions heureux pour lui, mais nous étions encore plus fiers de remporter le championnat.»

 Lehkonen a amassé 33 points (16 buts, 17 passes) en 49 rencontres en saison régulière.

Sur le même sujet