/news/consumer
Navigation

Au tour des restaurateurs de menacer le maire Coderre

Ils refusent de « zigzaguer » entre les personnes pour se rendre à leurs terrasses

Restaurateurs place Jacques-Cartier
Photo Le Journal de Montréal, Améli Pineda Jean-Marc Lavoie, du Jardin Nelson, ne veut pas jongler entre les touristes, assiettes pleines dans les mains, pour servir les clients.

Coup d'oeil sur cet article

Après les cochers, c’est au tour des restaurateurs de la place Jacques-Cartier dans le Vieux-Montréal de brandir la menace d’une injonction si le maire Denis Coderre s’entête à les forcer à déménager leurs terrasses.

Le maire Coderre a présenté en janvier dernier un projet de 5 M$ qui prévoit l’installation des terrasses à 7 mètres des bâtiments, aux abords de l’allée centrale.

Si M. Coderre n’accepte pas de les rencontrer cette semaine, les restaurateurs sont prêts à entamer des recours judiciaires pour empêcher le projet.

Le propriétaire du Saint-Amable n’a pas hésité à sortir ses assiettes pour tenter de traverser l’allée à travers la foule des touristes, samedi. Il veut montrer au maire la réalité à laquelle seront confrontés ses serveurs.

«C’est impensable qu’on veuille nous faire zigzaguer jusqu’au centre. Au moins 10 personnes auront le temps de cracher dans les assiettes avant qu’on réussisse à arriver sur la terrasse. Le maire doit nous écouter», soutient Éric Luksenberg.

Samedi, le cabinet du maire Coderre n’a pas souhaité émettre de commentaires.

Restaurateurs insultés

En janvier dernier, M. Coderre a soutenu que ce changement est nécessaire puisque l’aménagement actuel dévalorise le paysage historique de l’endroit.

«Honnêtement, c’est laitte, avait-il déclaré. Ils vont peut-être échapper une couple d’assiettes. On fera un concours d’équilibre, ça pourra même faire partie des célébrations du 375e anniversaire de Montréal.»

« Au moins 10 personnes auront le temps de cracher dans les assiettes avant qu’on arrive sur la terrasse. » – Éric Luksenberg

Une déclaration que les restaurateurs ont encore de la difficulté à avaler.

«Le maire est insultant. Il rit de notre profession, c’est très fâchant. On est des Montréalais, on est des électeurs, il ne peut pas se moquer des gens comme ça», déplore M. Luksenberg.

Les restaurateurs accusent le maire d’improviser et de faire la sourde oreille au lieu de venir sur place et de tenir compte de la réalité.

«Le maire doit reculer. S’il veut un projet d’avenir pour le Vieux-Montréal, il ne peut pas toujours être en confrontation et se mettre tout le monde à dos. Il doit être capable de consulter», dit Jean-Marc Lavoie, directeur adjoint du Jardin Nelson.

Craintes pour la sécurité

Des restaurateurs s’inquiètent également de la sécurité des serveurs.

«On ouvre à 8 h et la place Jacques-Cartier est encore ouverte à la circulation automobile. Nous sommes 15 restaurants autour, sans compter tous nos fournisseurs et leurs nombreux camions. Je crains que l’un de mes serveurs se fasse renverser par un camion de livraison», dit Sacha Bertola, propriétaire du restaurant Le Fripon.

La semaine dernière, les cochers ont remporté une victoire contre le maire après avoir déposé une injonction. La décision du maire Coderre d’interdire les calèches a été cassée.