/news/currentevents
Navigation

Condamné pour des viols sur sa femme, il blâme sa secte

Il jette le blâme sur la secte dans laquelle il a grandi

Coup d'oeil sur cet article

Un membre d’une secte de Montréal qui prône la supériorité de l’homme sur la femme a écopé de huit ans de pénitencier pour des viols sur sa propre conjointe.

«(L’accusé) a commis des gestes absolument dégradants, la victime est une femme détruite», n’a pas hésité à dire le juge Robert Marchi en condamnant cet ancien membre de la secte La mission de l’Esprit-Saint.

L’homme, qui ne peut pas être nommé afin de protéger l’identité de la victime, avait reconnu avoir fait subir des actes dégradants à sa femme pendant plus d’un an en 2004.

L’accusé de 40 ans a d’abord agi seul, puis avec son patron, et ensuite avec le propre frère de la victime.

«Tu me feras pas honte, sinon tu sais ce que je vais faire aux enfants», avait dit l’accusé à sa femme, qui n’a eu d’autres choix que de se soumettre aux désirs de son mari.

Pas d’empathie

Même s’il a plaidé coupable de deux chefs d’agressions sexuelles avec un tiers et d’agressions sexuelles graves, l’accusé continue de minimiser ses gestes.

Il n’a que peu d’empathie pour la victime et continue de dire que sa femme, qui est depuis divorcée, était consentante.

«Il a expliqué que la victime aimait être étranglée, mais il reconnaît que son consentement était à cause de sa peur de représailles», a expliqué le juge.

Secte

Du même coup, l’accusé a mis la faute sur la secte dans laquelle il a grandi, mais qu’il a quittée après ses crimes.

«Il prétend que le problème vient de cette secte, où la supériorité de l’homme et la soumission de la femme sont prônées, a expliqué le juge. Mais rien ne peut justifier des gestes aussi dégradants, secte ou non», a ajouté le magistrat

La victime, de son côté, a perdu toute confiance en elle. Plusieurs de ses sept enfants lui en veulent d’avoir porté plainte contre l’accusé.

Ce dernier, qui a commencé à purger sa peine lundi, sera également inscrit au registre des délinquants sexuels pour le reste de sa vie.