/news/society
Navigation

Il y a des « cas légitimes » de cancer, dit une patiente

Une malade déplore qu’une dame ait amassé de l’argent en prétendant avoir la maladie

Louise Beaudoin a besoin d’au moins 180 000 $ pour être traitée contre le cancer en Allemagne.
Photo Journal de Montréal, Chantal Poirier Louise Beaudoin a besoin d’au moins 180 000 $ pour être traitée contre le cancer en Allemagne.

Coup d'oeil sur cet article

Atteinte d’un cancer depuis 10 ans, une femme des Laurentides déplore que des gens mal intentionnés amassent de l’argent en prétendant être malades alors qu’elle-même en a cruellement besoin pour recevoir un traitement en Allemagne.

«Si les gens se font trop souvent berner, ça va miner leur confiance. Ils ne donneront plus, et ça met en danger ceux qui sont vraiment malades», croit Louise Beaudoin.

La dame de 52 ans veut sensibiliser la population au fait qu’il existe de nombreux «cas légitimes, où l’aide du public est nécessaire».

Mme Beaudoin était particulièrement choquée de lire dans Le Journal la semaine dernière qu’une femme de la Rive-Sud a récolté plusieurs milliers de dollars sur une page GoFundMe en prétendant avoir un cancer nécessitant des traitements en France.

Après avoir berné ses proches pendant deux mois, Ghyslaine Piette a finalement avoué avoir menti «pour attirer l’attention».

«Je ne vais pas mourir du cancer», a-t-elle écrit à ses amis récemment, en promettant de rembourser tous les donateurs.

Louise Beaudoin, elle, ne veut pas mourir des suites du véritable cancer qu’elle combat depuis maintenant 10 ans.

Mais la mère de famille aura bientôt épuisé tous les traitements qu’elle peut recevoir au Québec, explique-t-elle en exhibant une soumission pour un vaccin sur mesure conçu par un oncologue allemand.

Long combat

Le premier diagnostic de cancer du sein est tombé en 2006. Après quatre ans de rémission, une nouvelle tumeur est apparue.

Cette fois, Mme Beaudoin a tenté le tout pour le tout en subissant une ablation du sein droit. Malgré de nombreuses séances de radiothérapie et de chimiothérapie, la maladie s’est propagée l’année suivante.

En 2011, on lui a découvert des métastases au foie, dans les os ainsi que dans son système lymphatique. On lui a alors annoncé que ce serait son dernier Noël.

De nature positive, Louise Beaudoin a refusé de se laisser abattre, même si depuis elle s’est retrouvée à quelques reprises à l’article de la mort.

Cela fait maintenant cinq ans qu’elle déjoue tous les pronostics. Entre deux traitements de chimio, la dame a même marché les 800 kilomètres du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle en 2014 et 2015.

«Son histoire est exceptionnelle. Ça prouve aux gens qu’il y a de l’espoir, une lumière au bout du tunnel», souligne sa grande amie Maryse Murray. Avec d’autres amies de Mme Beaudoin, elle a créé l’organisme à but non lucratif (OBNL) Pulsion de vie en mars dernier.

Vrai besoin

«On a créé cet OBNL pour aider les personnes malades qui n’ont plus de ressources ici au Québec et qui ont besoin d’aller ailleurs pour être soignées», résume la vice-présidente de l’organisme, Sylvie Beauchamp.

En deux mois, Pulsion de vie a amassé 42 500 $. Il faut toutefois récolter près de 180 000 $ pour permettre à Mme Beaudoin d’obtenir le traitement qui pourrait la guérir en Allemagne.

«Si je ne fais rien, c’est certain que je meurs du cancer. Je ne sais juste pas quand. Avec le vaccin, j’ai des chances de mourir de vieillesse», illustre-t-elle, très optimiste.

Après avoir aidé Mme Beaudoin, les bénévoles de Pulsion de vie établiront des critères pour sélectionner les autres candidats qui bénéficieront de leurs services.

«Si le traitement fonctionne, je vais devenir bénévole à temps plein pour Pulsion de vie, rigole Mme Beaudoin. Je veux juste que les gens y croient, parce que, moi, je veux vivre.»


Pour plus d’informations sur Pulsion de vie ou pour faire un don, consultez le site pulsiondevie.org

La police enquête sur la fraude 

La police enquête sur le cas d’une dame de la Rive-Sud qui aurait récolté de l’argent en prétendant avoir le cancer du cerveau.
 
Une résidente de Laval a porté plainte à la police à propos de Ghyslaine, le 26 mai, le jour même où Le Journal a révélé que la femme avait menti quant à son cancer nécessitant des traitements disponibles seulement en France.
 
«On parle d’une plainte pour fraude. L’enquête a été transférée à la Régie de police de Richelieu-Saint-Laurent (RPRSL)», a confirmé l’agente Évelyne Boudreau, porte-parole de la police de Laval.
 
Accusations ?
 
­­
Les enquêteurs de la RPRSL devraient donc se pencher prochainement sur le dossier de Mme Piette, qui réside à Mont-Saint-Hilaire.
 
Louise Beaudoin a besoin d’au moins 180 000 $ pour être traitée contre le cancer en Allemagne.
Photo FACEBOOK
 
Notons que la dame pourrait quand même être accusée de fraude, même si elle rembourse tous ceux qui ont donné de l’argent sur sa page GoFundMe, qui a été fermée depuis. 
 
«Imaginons quelqu’un qui fait un vol de banque et qui rapporte l’argent parce qu’il a des remords. Il aurait quand même commis un vol de banque», explique le sergent Pierre Tremblay, porte-parole de la RPRSL.