/finance/business
Navigation

Hydro-Québec veut attirer des centres de données

Éric Martel
Photo d'Archives Éric Martel

Coup d'oeil sur cet article

Hydro-Québec lance une offensive pour attirer des centres de données informatiques au Québec, des installations qui consomment beaucoup d’électricité.

«Nous avons de l’énergie disponible qui est propre, des tarifs très concurrentiels et un climat qui permet de réduire la consommation d’énergie», a fait valoir Éric Martel, président-directeur général d’Hydro-Québec, dans le cadre de la publication du «Plan stratégique 2016-2020» de la société d’État.

Pour appuyer sa campagne de démarchage, Hydro-Québec prévoit offrir un portefeuille de terrains représentant plus de 25 millions de pieds carrés «situés à des endroits stratégiques». Elle offrira aussi aux investisseurs une expertise pour réduire la consommation d’énergie.

Au cours des dernières années, des acteurs majeurs ont investi au Québec pour implanter des centres de données, dont Microsoft, Ericsson, Amazon, OVH, Vidéotron et Cogeco.

Des investissements de 18,1 milliards $

Par ailleurs, Hydro-Québec prévoit investir 18,1 milliards $ au Québec d’ici 2020, dont un montant de près de 4,3 milliards $ dans le cadre du Plan Nord.

La société d'État affirme aussi vouloir doubler ses revenus d’ici quinze ans, qui passeraient ainsi de 13,7 milliards en 2015 à 27 milliards $ en 2030.

Hydro-Québec réitère qu’elle entend limiter les hausses tarifaires imposées à sa clientèle à un niveau inférieur ou égal à l’inflation. Elle prévoit «ouvrir de nouvelles avenues de croissance», notamment au moyen d’acquisitions ou de prises de participation.

Les profits devraient passer de 3,2 milliards $ en 2020 à 5,2 milliards $ en 2030. De «nouvelles occasions d’exporter» devraient contribuer à la hausse à hauteur de 300 millions $.

L’an dernier, Hydro avait enregistré un bénéfice d’un peu plus de 3,1 milliards $ et versé un dividende de 2,36 milliards $ au gouvernement du Québec.

Le plan comprend aussi des objectifs en ce qui concerne la satisfaction de la clientèle, alors qu’il «place les clients au cœur des priorités d’Hydro-Québec».

Selon Éric Martel, président-directeur général d’Hydro-Québec, le Plan stratégique confirme également le «rôle incontournable» de la société d’État dans la transition énergétique vers une économie à faible empreinte de carbone.