/entertainment/movies
Navigation

Les femmes sous-représentées dans la culture québécoise

Le regroupement des Réalisatrices équitables présente un rapport troublant sur la représentation féminine

ART-REALISATRICES-EQUITABLES
Photo Agence QMI, MAXIME DELAND Isabelle hayeur
Réalisatrice

Coup d'oeil sur cet article

La culture au Québec est-elle une affaire d’hommes? Un rapport inquiétant présenté lundi par le regroupement des Réalisatrices équitables montre que les femmes sont largement sous-représentées dans plusieurs postes-clés de la culture au Québec.

Certaines statistiques dévoilées dans ce rapport rendu public lundi matin sont pour le moins troublantes.

On savait déjà, d’après de précédentes études des Réalisatrices équitables, que le milieu du cinéma québécois était majoritairement masculin. Mais en consultant une douzaine d’associations professionnelles de créateurs et créatrices du Québec, le regroupement a constaté que le problème s’applique autant au milieu du cinéma qu’à celui de la télévision, du théâtre, de la littérature et de la création en jeux vidéo.

«On a été sidérées de découvrir certains résultats, admet la réalisatrice Isabelle Hayeur qui a piloté le projet.

«On ne pensait pas que ce serait aussi pire que ça. On a souvent l’impression que l’égalité a été atteinte parce que certaines figures­­ féminines de la culture sont très médiatisées et présentes. On pense qu’il n’y a pas tellement de problème. Mais quand on se penche sur la question, on s’aperçoit qu’il y a une énorme disproportion et que ce problème est présent dans pratiquement tous les secteurs de la culture.»

Coalition

Cette représentation des femmes dans des postes importants en création a évidemment un impact direct sur le manque de diversité à l’écran.

«C’est un enjeu assez énorme, souligne Isabelle Hayeur.

«On a des études qui montrent que quand c’est un homme qui crée un film, il a tendance à mettre en scène un personnage masculin. Les femmes font la même chose, mais si c’est surtout des hommes qui créent la culture, on va se retrouver avec seulement des héros masculins. Aussi, il a été prouvé que les hommes qui réalisent des œuvres ont tendance à montrer des personnages féminins plus stéréotypés. Nous croyons que la culture devrait mieux représenter l’ensemble de la société.»

À la lumière de ce rapport, les représentants des différentes associations consultées ont annoncé lundi la création de la Coalition pour l’égalité homme-femme en culture, dont la mission sera de faire pression sur les gouvernements et sur les principaux décideurs dans le domaine de la culture.

Le rapport dévoilé lundi sera d’ailleurs déposé sous peu au ministère de la Culture et des Communications du Québec, au Secrétariat à la condition féminine du Québec et à Patrimoine Canada.

 

Quelques constats alarmants du rapport 

  • 77 % des scénarios de films produits ont été écrits par des hommes.
  • Entre 2009 et 2014, les réalisatrices ont reçu 10 % des fonds accordés par Télé­film Canada pour des longs-métra­ges de fiction. 
  • À la télévision, un pourcentage deux fois plus grand de réalisateurs (31 %) que de réalisatrices (16 %) gagne 80 000 $ et plus. 
  • Seulement 16 % des emplois en jeux vidéo sont occupés par des femmes.
  • Malgré le mythe qui laisse croire le contraire, il y a moins de femmes que d’hommes à l’Union des artistes (UDA) en 2015: 49 % des membres sont des femmes, 51 % des hommes.
  • Les écarts de revenus sont significatifs entre hommes et femmes membres de l’UDA: le revenu­­ moyen des femmes en 2014 représente 74,5 % de celui des hommes.