/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

DM spindoctors-01DM spindoctors-01

L’élan de Lisée

L’élan de Lisée
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Il y a des moments que les analystes politiques doivent chérir. Qu’on soit acteurs de l’actualité ou simplement observateurs, les occasions d’aller en dehors de la bulle pour prendre le pouls du proverbial « vrai monde » sont parfois rares, mais toujours précieuses.

Aussi, c’est que je me suis offert, ces dernières semaines, tentant (et échouant lamentablement) d’être en vacances. Je me suis rendu dans ma région natale du Lac-Saint-Jean, j’ai travaillé sur mon marché public, j’ai fait quelques sorties culturelles et j’ai fréquenté (si peu...) les terrasses.

Mon constat : la campagne de Jean-François Lisée prend pas mal plus d’élan que ce qu’on peut croire. Les sondages commencent à le montrer, mais je pense que c’est plus fort encore.

Là où les gens sont

Suffit de lâcher le fil médiatique et de fermer le téléphone. Ça saute aux yeux.

Chez moi au Lac comme à Québec, tout le monde m’en parle. Membres de ma famille, commerçants, artistes, acteurs du développement économique : des personnes qui n’ont jamais eu de carte de parti politique envisagent d’appuyer « Lyndsay ». Le nombre de contributions financières qu’il reçoit jusqu’ici tend à confirmer cette impression.

Ce sont des signes qui ne trompent pas. Quelque chose se passe.

Pourquoi? Il est là où les gens sont. « Sortir les libéraux. Réussir l’indépendance. Dans cet ordre. » Non-slogan mais quasi-programme, la formule est d’une remarquable efficacité, puisqu’elle rejoint ce qu’une part significative de l’électorat péquiste veut.

Parti de loin

Jean-François Lisée part de loin. Paria après la dernière course, il a surpris par son efficacité comme député d’opposition. Au lendemain de la démission de Pierre Karl Péladeau, j’écrivais :

« Il se gardera de pavoiser, mais c’est à lui que les évènements des derniers mois donnent raison. Habile à trouver l’image, “la bombe à retardement” que représentait l’ancien patron de presse et “le moment Péladeau” que vivait le PQ ont été repris par tous les chroniqueurs. On l’a senti boudeur, depuis la fin de la course, mais avait pleinement retrouvé ses moyens à l’automne. Bref, l’homme a encore plus la légitimité d’y aller qu’il ne l’avait la dernière fois. Formidablement intelligent et bourré d’idées, abondamment étayées dans ses livres, au point où il peut en être étourdissant. Est-il toutefois plus fort dans l’électorat aujourd’hui qu’il y a un an? Probablement pas. Est-il plus populaire au sein du caucus? Non. »

Force est d’admettre que Jean-François Lisée semble être en voie de changer son étoile, encore une fois si c’était possible. Son attitude volontaire et l’espèce de candeur avec laquelle il mène sa campagne sont rafraichissantes.

Encore loin du but

Je n’irai pas, dans ce billet, jusqu’à prévoir des défections parmi les appuis des autres candidats au profit du député de Rosemont. On n’en est vraiment pas là. Ceci dit, on sent le doute s’installer chez certains au point où l’on peut valablement penser que Jean-François Lisée se retrouvera sur le bulletin d’à peu près tout le monde, au deuxième ou au troisième rang. Avec la formule de vote alternatif qui a été choisie, ça peut donner des résultats surprenants.

Bref, au sein de la péquisterie, c’est le « talk of the town » du moment.

Jean-François Lisée est encore loin de la victoire. Alexandre Cloutier reste largement meneur. S’il fait un bon score au premier décompte, il suffira de peu de ralliements pour gagner au deuxième.

En outre, Véronique Hivon, qui a mordu davantage chez les cadres-militants du Parti que parmi les députés n’a pas dit son dernier mot. Elle mise sur une équipe jeune qui va se battre jusqu’à la fin pour affirmer qu’elle est ce dont le PQ a besoin. Même ceux qui aiment bien Lisée le soulignent : les têtes blanches qui l’entourent à chacune de ses sorties contrastent avec l’image que l’on voudrait opposer à Philippe Couillard et François Legault lors des prochaines échéances.

En outre, obstacle de taille, avec aucun appui au caucus, on peine à imaginer la prise de contact entre « le chef Jean-François Lisée » et ses députés. Les militants auront-ils envie de faire du porte-à-porte pour « un ostie de bon gouvernement »?

La jauge se remplit

N’empêche. Jean-François Lisée a déjà réussi quelque chose que personne, à commencer peut-être par lui-même, ne croyait possible dans cette course. Il s’est imposé comme un aspirant sérieux, au point où les autres campagnes devront s’ajuster à sa candidature et son discours. C’est sa jauge de momentum qui se remplit présentement.

Sera-t-il question d’alliances ou de ralliements entre candidats? Pas encore, mais ça pourrait devenir un enjeu.

Chose certaine, la course n’en sera que plus excitante.