/entertainment/comedy
Navigation

Point de vue masculin

Point de vue masculin
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

Coup d'oeil sur cet article

Faire rire en parlant des couples et des célibataires n’est pas une mince tâche, en 2016, tant le sujet a été exploité en humour. C’est toutefois ce qu’a réussi l’équipe du gala animé par Dominic Paquet et Maxim Martin. Une soirée concise avec plusieurs numéros forts. Seul hic: l’absence quasi totale d’humoristes féminines sur le gala.

Complicité palpable

Voilà des années que Dominic Paquet et Maxim Martin parlaient de travailler ensemble. Jeudi, les deux comiques ont finalement partagé la scène et le résultat s’est avéré très réussi. En fait, depuis le début du festival, avec les galas qui ont tous été animés par des duos, ce sont Dominic et Maxim qui ont eu la meilleure complicité sur scène. D’entrée de jeu, les deux animateurs ont parlé des différences entre les couples et les célibataires. «En couple, il y a les monogames et les polygames. Il y a aussi les petits couples qui n’arrêtent pas de faire des selfies: les Instagram», a dit Maxim.

Variant les émotions, les deux comiques ont partagé un bon moment avec le metteur en scène du gala, Réal Béland.

Où sont les femmes ?

Point de vue masculin
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

Pour un gala dont la thématique était les couples et les célibataires, les femmes ont été presque totalement oubliées. Sur la douzaine d’artistes qui ont pris part à la soirée, on ne comptait qu’une seule humoriste de sexe féminin: Korine Côté. Il y a une dizaine d’années, on aurait pu comprendre la sous-représentation féminine. Mais aujourd’hui, ce ne sont pas les excellentes humoristes qui manquent. Une Virginie Fortin ou Katherine Levac aurait été fort appréciée sur un gala avec un tel sujet. Malheureusement, on s’est retrouvé avec un point de vue presque uniquement masculin.

La fausse demande en mariage

Point de vue masculin
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

On pensait vivre un moment pour le moins unique lorsque, à la fin de son numéro, Philippe Laprise s’est agenouillé sur la scène pour demander sa blonde en mariage. Assise dans les premières rangées de la salle, sa copine des 20 dernières années s’est vu remettre un micro pour répondre à la demande de l’humoriste qui semblait ému aux larmes. Dans la salle, on sentait la foule touchée de vivre un tel moment. Eh bien, ce n’était qu’une mascarade! Bien joué, Philippe.

Sentiment de déjà vu

Alors que certains soirs, on peine parfois à trouver le lien entre les numéros et la thématique du gala, c’était on ne peut plus évident, jeudi. Avec une thématique sur le couple et le célibat, les humoristes n’ont pas eu à chercher bien loin dans leur matériel pour faire leur numéro. Malheureusement, il y en a plusieurs qui ont justement utilisé du matériel de leur propre spectacle au lieu de livrer du contenu original. Dommage.

Ovation pour Mike Ward

Au lendemain de son jugement contre Jérémy Gabriel, Mike Ward a été accueilli par une sincère ovation lors de son arrivée sur la scène de la salle Wilfrid-Pelletier. Après avoir remercié le public, l’humoriste a reconnu que les dernières heures n’avaient pas été faciles pour lui. «Journée de marde!» a-t-il résumé, avant de commencer son numéro.

 

LE VERDICT

Point de vue masculin
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

Alors que certains galas peinent à rentrer dans les 100 minutes requises, celui de jeudi en a duré dix minutes de moins. Une soirée concise qui a été fort appréciée, avec plusieurs numéros qui ont reçu des ovations (Pierre-Luc Pomerleau, Mike Ward et Simon Gouache se sont avérés particulièrement efficaces). Même si on aurait préféré une meilleure représentation féminine, et que le sketch de groupe dans un sauna gai s’est inutilement étiré, ce fut un gala fort réussi, en grande partie grâce à la belle complicité entre Dominic Paquet et Maxim Martin.