/news/currentevents
Navigation

Elle peint des toiles au fond des plans d’eau

Une artiste tentera de battre un record en peignant à 107 pieds de profondeur

marion gérard
Photo courtoisie Seulement quelques artistes dans le monde sont capables de faire comme Marion H. Gérard et peindre au fond des cours d’eau.

Coup d'oeil sur cet article

CHELSEA | Une amatrice de peinture et de plongée sous-marine a jumelé ses passions pour créer des toiles au fond des plans d’eau. Elle tentera de battre aujourd’hui le record Guinness de la toile réalisée le plus profondément sous l’eau.

Marion H. Gérard plongera au fond de la carrière Morrison, à Chelsea, à une trentaine de minutes au nord de Gatineau, avec une bombonne accrochée au dos, des palmes aux pieds et son équipement d'artiste peintre.

Elle enfoncera son chevalet dans la vase au fond du plan d’eau, à 107 pieds de profondeur. Le tout sera tenu par des plombs pour que rien ne remonte à la surface.

Marion Gérard, une artiste peintre spécialisée dans la peinture soumarine.
Photo courtoisie
Marion Gérard, une artiste peintre spécialisée dans la peinture soumarine.

On pourrait croire qu’il est impossible de peindre son l’eau, mais Mme Gérard prouve le contraire depuis quelques années.

Elle utilise une toile tout à fait normale et de la peinture à l'huile. La densité de celle-ci fait en sorte qu'elle reste collée sur le tableau et ne se mélange pas avec l’eau. Une fois peinte et sortie de l'eau, la toile met de deux à trois mois à sécher.

«La toile cicatrise», décrit l’artiste.

20 minutes

Mme Gérard estime qu’elle aura un maximum de 20 minutes pour réaliser son œuvre, en raison de l’azote qui s’accumule dans les poumons à cette profondeur.

L'artiste dit qu'elle se sent stimulée par le fait de travailler sous pression.

«J'arrive à croire que je suis divinement guidée, car peindre une toile en aussi peu de temps, c'est presque impossible. Quand je suis sous pression, je performe. J'excelle dans l'urgence», lâche-t-elle.

Mme Gérard, une Française d’origine installée au Québec depuis 1990, a peint un peu partout dans le monde.

Elle arrive à peindre sur autre chose que des toiles. Elle a notamment déjà fait une œuvre sur une épave au fond de l’eau et d’autres sur des coraux.

«J’ai fusionné mes deux passions. La peinture et la plongée. [...] Je suis toujours nerveuse avant de me lancer, mais une fois dans l’eau, ça change du tout au tout. C’est une sorte de méditation, j’entre en transe. Quand je suis au fond, mon rythme cardiaque diminue et je médite», confie l’artiste.

Engagée

La démarche artistique de Marion H. Gérard se veut très engagée.

«Mon but est de montrer à la société comment les fonds marins sont merveilleux et importants. J’inscris ma démarche comme en étant une pour sauvegarder les océans», dit-elle.

Ce qui change sous l’eau

  • Après 15 pieds sous l'eau, il y a une disproportion de la toile et les couleurs chaudes comme le rouge ne sont plus visibles
  • Il faut environ trois mois avant que la toile sèche
  • Pour peindre et rester sur place, l'artiste doit ajouter 10 livres de poids à ses chevilles pour rester stable
  • À plus de 15 pieds sous l'eau, l’artiste voit les objets 25 % plus gros