/24m/city
Navigation

La SPCA craint que la Ville envoie des centaines de chiens à la mort

Montréal a dévoilé son règlement qui sera en vigueur dès septembre

Pitbull
Photo d’archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Montréal sort les crocs et interdira dès le 26 septembre les chiens de type pitbull, ce qui pourrait envoyer à la mort des centaines de chiens, déplore la SPCA.

La Ville a annoncé mercredi qu’elle interdirait d’acquérir des chiens de type pitbull sur son territoire en plus de mettre beaucoup de nouvelles restrictions aux propriétaires de chiens.

«Chaque année, on accueille des centaines de chiens qui ont les caractéristiques interdites par la Ville, déplore la chef vétérinaire de la SPCA, Gabrielle Carrière. J’ai peur qu’avec ce règlement, on doive condamner à mort tous ces chiens-là.»

La SPCA ne pense d’ailleurs pas pouvoir les transférer dans une ville où les règlements sont moins restrictifs. «Ce qui attend ces chiens-là, c’est l’euthanasie», se désole Mme Carrière. 

Les avocats salivent

L’avocate Anne-France Goldwater fulminait à l’idée que les chiens seront discriminés en fonction de leur apparence physique et non à cause de leurs comportements.

«On est mieux de me mettre un licou que d’en mettre un à mes chiens!» s’est-elle exclamée.

Plus tôt cet été, Me Goldwater avait menacé de poursuivre la Ville si elle adopte un règlement qui bannit un certain type de chiens et elle n’a pas changé d’idée.

«Est-ce que je me suis déjà gênée de traîner un gouvernement devant les tribunaux par le passé? Non. Je vais tenir parole», a-t-elle assuré.

Et même s’il est conscient que «certains avocats salivent» au sujet de l’interdiction des pitbulls à ceux qui ont des antécédents judiciaires, le maire Coderre a bon espoir de gagner la joute devant les tribunaux. 

«On a fait nos devoirs, on a couvert tout ça, et je pense que, oui, on peut se servir d’un chien comme d’une arme», a-t-il affirmé lors de la séance hebdomadaire du Comité exécutif.

Tuée par un pitbull

Au début juin, la Montréalaise Christiane Vadnais a été tuée par un pitbull alors qu’elle se trouvait dans la cour arrière de sa résidence à Pointe-aux-Trembles. 

Depuis, plusieurs réclament des règlements plus sévères contre les chiens dangereux alors que d’autres plaident que ce type d’interdiction sera très difficile à faire appliquer.

«C’est absurde de faire payer tous les chiens à cause d’un malheureux incident. Je suis d’accord pour le licou et le harnais, mais seulement pour les chiens jugés à risque», a répliqué Me Anne-France Goldwater.

Montréal a aussi annoncé mercredi qu’elle engagerait plus d’inspecteurs et que les brigades canines allaient se poursuivre pour faire respecter son nouveau règlement.

Restrictions sévères

Les propriétaires qui possèdent actuellement des chiens de type pitbull devront montrer patte blanche et demander un permis spécial à la municipalité avant le 31 décembre. 

Ils devront prouver qu’ils ont acheté leur animal avant l’entrée en vigueur du règlement et qu’ils résident à Montréal.

«Si le pitbull, c’était la mode de la décennie, on a aussi la capacité, avec ce règlement-là, d’agir contre les autres chiens dangereux», a affirmé le maire Denis Coderre.

De plus, lorsqu’un chien mordra un animal ou un humain, le propriétaire devra rapporter cette morsure dans les 72 heures à la Ville, sous peine d’avoir une amende.

 

Ce qu’ils ont dit

«En imposant une muselière aux pitbulls en public, les propriétaires et les chiens seront discriminés.» – Gabrielle Carrière, vétérinaire en chef de la SPCA de Montréal
«On respecte le fait qu’il y ait des propriétaires et des chiens qui se conduisent bien. Ils doivent respecter certains critères pour les pitbulls, donc ce n’est pas de l’euthanasie at large.»   – Denis Coderre, maire de Montréal
«Ce règlement n’a pas été fait sur un coin de table, ça fait des semaines qu’on travaille avec nos experts et nos avocats. Pour nous, ça tient la route.»   – Anie Samson, responsable des services aux citoyens au Comité exécutif de Montréal
«L’approche [provinciale] qu’on va proposer va prendre le problème [des chiens dangereux] de façon très globale, mais on va aussi s’intéresser à la question spécifique de cette race.»   – Martin Coiteux, ministre des Affaires municipales et de l’occupation du territoire.

 

Chiens qui seront interdits

  • Pitbull terrier américain
  • Terrier américain du Staffordshire
  • Bull terrier du Staffordshire
  • Croisement d’une de ces races
  • Chien ayant déjà tué un animal ou un humain
  • Chien ayant déjà été déclaré dangereux par un vétérinaire
  • Chien hybride, issu d’un croisement avec un loup
  • Chien non stérilisé et non micropucé avant le 31 décembre 2019

 

Tous les chiens montréalais devront

  • être enregistrés -être micropucés
  • être stérilisés
  • être tenus en laisse de 1,85m
  • porter un harnais ou un licou s’ils pèsent +20kg

 

Amendes plus importantes

  • 350 à 750 $ pour une première offense
  • Jusqu’à 2000 $ pour les récidivistes