/investigations/taxes
Navigation

Des proches de l’ex-argentier du Parti libéral visés par le fisc

Les locaux des entreprises de Marc Bibeau ont été perquisitionnés par Revenu Québec

<b>Marc Bibeau</b><br />
Ex-grand argentier
Photo d'archives Marc Bibeau
Ex-grand argentier

Coup d'oeil sur cet article

L’UPAC et Revenu Québec s’intéressent aux proches et aux entreprises de la famille de l’ex-argentier du Parti libéral, Marc Bibeau.

Peu de détails ont filtré de cette nouvelle perquisition menée hier dans les locaux qui abritent les sociétés Schokbéton et les Centres d’achats Beauward à Saint-Eustache.

Les enquêteurs de Revenu Québec, intégrés à l’Unité permanente anticorruption (UPAC), étaient à la recherche de documents comptables. Cette perquisition s’inscrit dans la suite des enquêtes policières qui se sont intéressées depuis 2012 au financement du Parti libéral du Québec. Selon plusieurs sources, Marc Bibeau jouait un rôle central dans le financement à partir de 2003.

Le soir des élections, il était aux côtés du premier ministre Jean Charest et sa famille. Il a aussi partagé la table avec lui et l’ancien président américain George W. Bush.

À la Commission Charbonneau, son nom est revenu à plusieurs reprises, notamment lors du témoignage de l’ancien président du parti libéral, Robert Benoît. Ce dernier a relaté avoir subi des pressions concernant le financement de la part de Marc Bibeau lors d’un caucus présession. Accusations que ce dernier a rejetées.

Financement politique

Un camion de Revenu Québec était stationné, hier matin, devant les locaux des firmes de la famille Bibeau à Saint-Eustache.
Photo Agence QMI, MAXIME DELAND
Un camion de Revenu Québec était stationné, hier matin, devant les locaux des firmes de la famille Bibeau à Saint-Eustache.

Le nom de Marc Bibeau est également apparu dans l’enquête de l’UPAC sur le financement politique, notamment après la perquisition au siège social du parti libéral. C’est à la suite d’analyse d’éléments saisis à cet endroit qu’on a obtenu un mandat pour les entreprises de Marc Bibeau en novembre 2013. On y relate une vingtaine d’activités de financement sous enquête, dont l’une qui a rapporté 428 150 $ à elle seule.

Sa sœur, Suzanne Bibeau a aussi eu la visite des enquêteurs de l’UPAC pour des travaux de terrassement réalisés à sa luxueuse propriété de Laval-sur-le-Lac.

<b>Marc Bibeau</b><br />
Ex-grand argentier
Photo Agence QMI, MAXIME DELAND

Même s’il est cité dans le rapport de la commission Charbonneau, il n’a reçu aucun blâme, à l’instar des autres personnes visées par les travaux.

Plus administrateur

L’an dernier, il a quitté ses postes d’administrateur chez Schokbéton et Saramac, une autre entreprise de la famille Bibeau perquisitionnée par l’UPAC.

Il occupe toujours des fonctions de président et chef de la direction de la société à numéro 9107-5689, qui est l’actionnaire principal de Schokbéton.

Il est également à la tête de l’entreprise Les Centres d’achats Beauward.

Curieusement, lorsque l’on contacte Schokbéton, le message indique que l’on a rejoint du Groupe Suroma. Marc Bibeau est un des actionnaires de Suroma corp. et y possède une boîte vocale.

 

Suzanne Bibeau se donne une maison

 

La sœur de Marc Bibeau, Suzanne Bibeau, qui a aussi déjà été visée par une enquête de l’UPAC, a fait don d’une de ses propriétés à sa propre fiducie l’automne dernier.

La propriété évaluée à 1 million $ par la ville de Laval. En septembre dernier, elle l’a donnée à la fiducie Suzanne Bibeau dont elle est fiduciaire.

La maison est située au 485 des Érables, à Laval. Elle est voisine de la maison qu’elle habite sur la même rue dans le secteur de Laval-sur-le-Lac.

En décembre 2013, cette dernière résidence avait reçu la visite des policiers de l’UPAC. On soupçonnait que des matériaux destinés au contrat de construction du train de l’Est y avaient été expédiés pour la construction d’une terrasse. À l’époque, Suzanne Bibeau était administratrice de Saramac, une entreprise de la famille Bibeau aussi visée par les perquisitions. En février 2015, elle a quitté ses fonctions au sein de cette entreprise, tout comme Marc Bibeau.

Rien n’indique toutefois que la donation de la propriété est liée aux perquisitions.

Hypothèque d’un million

Deux mois après la donation, Mme Bibeau, à titre de fiduciaire, a obtenu une hypothèque d’un million $ de la Banque Royale du Canada.

Curieusement, un premier acte hypothécaire en septembre 2015 stipulait que la maison était aussi donnée à Fernand R. Bibeau, le père de Suzanne, qui y était mentionné comme fiduciaire de la fiducie Suzanne Bibeau. Cette erreur a été corrigée le mois de novembre suivant, et la maison appartient uniquement à la fiducie Suzanne Bibeau.

Une clause de l’acte hypothécaire stipule que la propriété ne peut être saisie pour une période de 25 ans sauf si la donataire y consent.

Même si elle n’est pas impliquée autant que ses frères et son père, Mme Bibeau est administratrice du Groupe Suroma, dont le siège social est dans les locaux perquisitionnés hier. Elle est aussi administratrice de la société à numéro actionnaire principal de Schokbéton et Les Centres d’achats Beauward.