/opinion/columnists
Navigation

Une boîte à idées

Jean-François Lisée est une véritable machine à idées

POL-LISEE-CAMPAGNE
Photo Agence QMI, YVES CHARLEBOIS

Coup d'oeil sur cet article

On peut penser ce qu’on veut de Jean-François Lisée, qu’il a un ego démesuré et qu’il ne se prend pas pour un Seven-Up, reste que cet homme est une véritable machine à idées.

Tu lui mets un 25 sous dans l’oreille, tu lui appuies sur le nez et hop! Il te sort une idée.

Un vrai juke-box.

UN FRUIT MÛR

Personnellement, si j’avais ma carte du PQ, c’est pour lui que je vote­rais.

Imaginez cet homme à la tête du PQ: on ne s’ennuierait pas!

Philippe Couillard ne saurait plus où donner de la raquette tellement les balles arriveraient de partout.

C’est ce dont le parti a besoin, ces temps-ci: d’un gros brassage d’idées.

Lisée n’a ni la jeunesse ni le look d’Alexandre Cloutier, on ne l’imagine pas marchant pieds nus dans l’eau devant un magnifique coucher de soleil tout vêtu de blanc, mais il a quelque chose que l’équivalent péquiste de Justin Trudeau n’a pas: du contenu.

Il y a du jus dans la bouteille, comme on dit.

Aux péquistes qui veulent jouer la carte de la jeunesse, de la beauté et de la fraîcheur, je n’ai qu’un nom à vous rappeler.

André Boisclair.

Il est bien sympathique, Alexandre Cloutier, mais il sent encore le p’tit lait. Les politiciens, c’est comme les pommes: c’est meilleur mûr.

Et puis, sur la question de «La Question» («Voulez-vous que le Québec devien­ne un pays?»), Jean-François Lisée est lucide.

Il sait que les Québécois ne veulent pas se la faire poser.

Pas tout de suite, en tout cas.

Dans six ans, peut-être, mais pas aujourd’hui.

On a d’autres chats à fouetter.

ADIEU AU COURS D’ECR

Dernière idée proposée par l’ex-chroniqueur de L’actualité: en finir avec le cours d’éthique et de culture religieuse, et le remplacer par un cours sur la citoyenneté.

Enseigner aux enfants le sens critique, plutôt que le respect béat et niais des superstitions.

Au multiculturalisme gnangnan de Trudeau et de Cloutier, Lisée oppose un interculturalisme adulte.

Nous sommes, vous êtes et, ensem­ble, nous serons.

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais moi, ça me parle.

L’autre jour, un auditeur de l’émission de radio que je coanime avec Jona­than Trudeau nous a envoyé un courriel intéressant.

«Alexandre Cloutier est un X qui parle aux baby-boomers, alors que Jean-François Lisée est un baby-boomer qui parle aux X.»

J’aime bien la formule.

Le PQ croit que seul un jeune peut attirer les jeunes.

C’est un peu facile, comme solution.

Il ne faut jamais juger la verdeur d’un individu à la couleur de ses tempes. Il y a des vieux qui pensent «jeune» et des jeunes qui pensent «vieux».

Ce n’est pas parce que tu as les cheveux noirs que ton cerveau n’est pas gris.

BRASSER LA CAGE

Comme dans n’importe quel juke-box, on trouve de tout dans la boîte à chansons de Lisée.

Certaines de ses tounes me parlent, d’autres pas.

Mais l’homme n’a pas peur de brasser la cage et de remettre les certitudes de son parti en question.

C’est, selon moi, ce qu’on attend d’un chef de parti.

«De l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace», comme disait Danton.