/entertainment/movies
Navigation

Villeneuve au sommet de son art

vff nocturnal animals premiere 020916 04
photo d’archives Amy Adams livre une performance remarquable dans Arrival.

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | C’est de la science-fiction captivante, subtile et élégante que le cinéaste québécois Denis Villeneuve propose avec son nouveau film hollywoodien, Arrival.

Après avoir fait sensation la semaine dernière à la Mostra de Venise, Arrival a été très bien accueilli par les journalistes nord-américains vendredi midi lors de sa première projection au Festival de Toronto. Présenté devant une salle comble, le film a même eu droit à des applaudissements bien nourris, chose qu’on voit rarement lors d’une projection destinée à la presse.

Il faut dire que ce troisième film américain de Denis Villeneuve (après Prisoners et Sicario) est l’une de ses œuvres les plus abouties.

En entrevue au Journal la semaine dernière, Villeneuve avait admis qu’il rêvait depuis longtemps d’explorer la science-fiction. Force est de constater que le cinéaste québécois est parfaitement dans son élément avec ce genre de film. Pas de doute, la suite de Blade Runner est entre bonnes mains.

Fascinant et envoûtant

Tourné à Montréal et à Saint-Fabien à l’été 2015, Arrival (L’arrivée) raconte l’histoire d’une linguiste (jouée par Amy Adams) recrutée par l’armée américaine pour tenter de comprendre le langage (et les intentions) d’une civilisation extraterrestre qui vient de débarquer sur Terre en faisant atterrir 12 mystérieux vaisseaux de forme ovale à différents endroits autour du globe.

Avec ce drame à la fois intimiste et spectaculaire, Denis Villeneuve prouve qu’il est encore possible de faire de la science-fiction divertissante sans nécessairement mettre en scène des extraterrestres belliqueux qui font exploser des villes au complet.

S’inscrivant dans la lignée des films Interstellaire et Gravité, Arrival est une œuvre poétique sublime qui fascine et envoûte, tout en faisant réfléchir. La finale plutôt surprenante risque d’ailleurs d’en mystifier plusieurs. Le public québécois devra toutefois patienter encore deux mois puisque Arrival prendra l’affiche le 11 novembre.