/news/politics
Navigation

La circonscription de Crémazie pourrait être rebaptisée en l’honneur de Maurice Richard

Il y a cinq lieux au Québec qui honorent le plus célèbre des hockeyeurs de la province, tandis qu'Octave Crémazie en compte trente-cinq.

La circonscription de Crémazie pourrait être rebaptisée en l’honneur de Maurice Richard
Source: Élections Québec & Archives JdM | Infographie: Frédéric Guindon

Coup d'oeil sur cet article

La députée libérale Marie Montpetit présentera ce jeudi une proposition visant à modifier l’actuel nom de la circonscription qu’elle représente afin d’honorer la mémoire du célèbre joueur de hockey montréalais.

La députée libérale Marie Montpetit présentera ce jeudi une proposition visant à modifier l’actuel nom de la circonscription qu’elle représente afin d’honorer la mémoire du célèbre joueur de hockey montréalais.

L’initiative s’appuie sur les démarches de l’Association de hockey mineur des Braves d’Ahuntsic, en coopération avec la famille Richard.

Rappelons que le Rocket, de son vivant, s’était impliqué bénévolement à plusieurs niveaux au sein de l’organisme sportif de son quartier (Ahuntsic) qui, au palier gouvernemental provincial, correspond à la circonscription de Crémazie.

Montpetit, élue pour la première fois lors de l’élection du 7 avril 2014, soutient que «Maurice Richard, en plus d’avoir été un grand joueur de hockey, a insufflé un sentiment de fierté à l’ensemble de la nation québécoise à un moment critique de notre histoire, ce qui fait de lui l’un des grands bâtisseurs du Québec moderne et une inspiration pour plusieurs générations.  De plus, son influence sur le quartier où il a passé la majeure partie de sa vie et où il s’est impliqué pendant plus de 50 ans est indéniable.»

Procédures de longue haleine

Dans son article sur le même sujet, le journal Métro nous rappelle qu’il y a déjà cinq lieux au Québec qui honorent le plus célèbre des hockeyeurs de la province, dont le parc Maurice-Richard le long de la rivière des Prairies et l’aréna Maurice-Richard, à proximité des stades Olympique et Saputo.

La proposition de la députée Montpetit sera déposée à la Commission de la représentation électorale de l’Assemblée nationale du Québec, qui s’affaire déjà à améliorer la carte électorale québécoise, conformément aux dispositions de la Loi électorale. Celle-ci prévoit que la délimitation des circonscriptions électorales doit être revue toutes les deux élections générales. 

La demande sera ensuite entendue par la commission de toponymie du Québec, pour être finalement l’objet d’une décision par le directeur général des élections du Québec.

En cas d’approbation, la nouvelle dénomination ferait son apparition lors des élections provinciales de 2018.

Reléguer Crémazie aux oubliettes?

Bien que cette proposition semble, a priori, plaire à un bon pan de la population, certains observateurs craignent que ce faisant, on ne fasse ombrage à la mémoire d’Octave Crémazie, qui serait dépossédé de la nomenclature de la circonscription au profit de Richard.

Crémazie, un écrivain et un poète, est né en 1827 et est décédé en 1879. On lui doit notamment Le drapeau de Carillon, un poème long de 250 vers qui, mis en chanson, deviendra le symbole de la résistance des Français d'Amérique.

Toutefois, selon la Commission de la toponymie du Québec, plus de 35 lieux portent déjà le nom d’Octave Crémazie (dont un boulevard et une station de métro à Montréal, en plus de la petite salle du Grand Théâtre de Québec), ce qui pourrait jouer en faveur de la proposition des Braves d’Ahuntsic que soutient la députée libérale Montpetit.