/lifestyle/sexromance
Navigation

Un homme avec un micropénis se confie

Un homme avec un micropénis se confie
Instagram (@estellej972)

Coup d'oeil sur cet article

Un homme avec un pénis d'un pouce au repos est «gêné» par ce qu'il a dans le pantalon, principalement en raison de l'opinion des femmes sur les membres de petite taille.

Une lettre très personnelle dans laquelle on peut lire les états d'âme d'un mâle de 35 ans relativement à la grosseur de son pénis a été publiée par «Jf» sur le site de Cosmopolitan.

Intitulées «Je n'en peux plus d'avoir honte de mon micropénis», ses confidences concernent l'opinion des femmes sur les petits pénis, mais aussi le traitement qui en est fait par les médias. Il y raconte également sa seule expérience sexuelle. 

Tout d'abord, «Jf» explique que son pénis mesure environ 2,5 centimètres. Lorsqu'il est en érection, il augmente à 6,8 centimètres et est très mince. Il compare son membre au repos à deux raisins.

Un homme avec un micropénis se confie
Photo courtoisie

En érection, selon ses comparaisons, son pénis à la grosseur et la longueur de deux saucisses cocktail, mises bout à bout. Selon les études citées, la longueur moyenne d'un pénis aux États-Unis est de 7 à 9,5 centimètres au repos et de 11,9 à 16 centimètres lorsqu'excité. 

Les femmes en rient

Il raconte que son sentiment de honte résulte en majeure partie de ses expériences personnelles et de ce qu'il entend de la part des femmes concernant les micropénis. «J'ai souvent entendu des femmes ridiculiser la grosseur du membre de leur partenaire. À un certain moment, j'ai même surpris une conversation entre quelques collègues de travail. Elles s'entendaient pour dire que les hommes à petit pénis devraient porter un signe pour avertir les femmes», explique-t-il.

Sa seule relation sexuelle

D'autres études prouvent que les femmes n'apprécient pas particulièrement les «petits engins». À 35 ans, il n'a eu qu'une seule relation sexuelle (par choix, dit-il). À 23 ans, une jeune universitaire très jolie et lui se sont retrouvés sous la couette. «Lorsque je me suis déshabillé, elle a fixé mon entrejambe et a rigolé en portant la main à sa bouche. J'ai essayé de mettre un condom, mais il ne tenait pas en place! Ce qui était le plus frustrant, c'est que mon micropénis ne restait pas à l'intérieur, et que la fille ne cessait de me demander si j'étais “dedans”. J'avais envie de mourir», relate l'homme. 

Il a tenté de lui plaire au moyen de sexe oral, mais sans succès. Elle s'est finalement levée, sous prétexte qu'elle devait boire de l'eau. C'est ainsi que s'est terminée sa première et seule expérience sexuelle. 

Le traitement médiatique: une autre source de honte

Pendant une émission anglaise intitulée Naked Attraction, dans laquelle des gens choisissent un partenaire strictement en fonction de son corps nu, une belle femme qui «semblait avoir une belle personnalité» a mentionné que la grosseur était, en fait, importante.

«En tant qu'homme au petit pénis, ça m'a détruit. Je me suis senti totalement inutile et ça m'a blessé. Elle était simplement honnête en nous [les garçons à petit pénis] disant que nous ne sommes pas assez bons pour les filles», se désole «Jf».

Défaire les préjugés

Selon ses expériences et ce qu'il a lu, il se sent à l'aise d'avancer qu'une impressionnante majorité de femmes ne sont pas très chaudes à l'idée d'avoir une relation sexuelle avec un homme «faiblement équipé».

«Si on n'accepte pas que ce soit une opinion majoritaire, comment fera-t-on pour combattre cette discrimination? Si une personne est suffisamment attirée par un homme pour l'emmener sous ses draps, est-il juste de le rejeter simplement en raison de la grosseur de son pénis?» demande «Jf» dans sa lettre chargée d'émotion. 

Difficile de penser à l'amour

«Je ne prévois pas ma vie amoureuse. J'essaie de me concentrer sur ma vie et sur d'autres sujets qui m'intéressent, comme l'écriture. Si je recherchais l'amour, je serais malheureux, et je souffre déjà, en secret, de dépression et de troubles anxieux. Je n'ai pas besoin d'être humilié. Tout le monde se fait rejeter, mais c'est souvent pour des raisons moins douloureuses. Lorsque je suis attiré par une femme, je ne m'intéresse pas à ce qu'elle a dans les pantalons, mais plutôt à ce qu'elle a dans son cœur. J'aimerais que les gens puissent mettre leurs jugements de côté. Je pourrais ainsi continuer d'avancer et ne plus y penser», termine l'homme de 35 ans.