/news/politics
Navigation

Un duel tendu pour Trump et Clinton

Les candidats à la présidence des États-Unis n’ont épargné aucune attaque pendant leur premier débat

Coup d'oeil sur cet article

Hugo Duchaine et Benoit Philie, Le Journal de Montréal

Fidèle à lui-même, le controversé Donald Trump a multiplié les déclarations-chocs vis-à-vis sa rivale Hillary Clinton, qui a gardé son calme dans un premier débat rempli d’échanges musclés.

«C’est ce qui fait de moi un homme intelligent», a notamment rétorqué le candidat républicain, lorsque sa rivale démocrate l’a accusé de ne pas payer d’impôts depuis plusieurs années.

De nombreux médias américains, comme le New York Times et le Washington Post ont souligné les moments tendus entre les deux candidats et les nombreuses interruptions de M. Trump à l’égard de sa rivale.

C’était la première fois que les deux aspirants présidents croisaient le fer, dans un débat télévisé à New York.

Hier, les diffuseurs espéraient même fracasser des records de cotes d’écoute, avançant le nombre de 100 millions de téléspectateurs. Ce serait deux fois plus que pour le débat opposant Barack Obama à Mitt Romney en 2012.

Attaques senties

Posée, Hillary Clinton a gardé son calme et même approché le débat avec humour par moments disant qu’elle «serait blâmée pour tout», ce à quoi Trump a répondu «pourquoi pas».

La candidate démocrate ne s’est toutefois pas gênée pour accuser Trump de vouloir favoriser les riches et d’avoir «commencé sa carrière politique sur la base d’un mensonge raciste sur l’origine [du] premier président noir», faisant référence à la controverse entourant le certificat de naissance de Barack Obama.

Pendant les 90 minutes de débat, Donald Trump a notamment fait rire la foule, qui devait pourtant garder le silence, lorsqu’il a clamé qu’il avait un meilleur tempérament que Mme Clinton. Selon lui, cette dernière n’a pas «l’endurance nécessaire pour être à la tête du pays».

Les candidats ont aussi abordé la lutte au terrorisme et le contrôle des armes à feu, faisant valoir leurs idées complètement aux antipodes.

Reniflements remarqués

Plusieurs internautes ont souligné les reniflements de Donald Trump dans son micro, ce qui a même entraîné la création d’un compte Twitter dédié aux bruits nasaux du candidat républicain.

Par ailleurs, le débat a aussi été marqué par les vérificateurs de faits, qu’Hillary Clinton a souvent interpellés.

En effet, plusieurs médias avaient des vérificateurs en direct pour commenter les interventions de Donald Trump, qui a souvent été accusé de mentir.

Ce duel télévisé était particulièrement crucial, puisqu’un récent sondage de Reuters/Ipsos estime que près d’un Américain sur cinq est encore indécis et qu’Hillary Clinton ne dispose aussi que d’une mince avance sur son rival.

Hillary Clinton et Donald Trump croiseront le fer à deux autres reprises. Un deuxième et troisième débat sont prévus les 9 et 19 octobre prochains.

De plus, les colistiers des deux candidats, le démocrate Tim Kaine et le républicain Mike Pence, débattront à leur tour le 4 octobre.

Les Américains voteront ensuite pour élire le 45e président de leur histoire le 8 novembre.

Ce qu’ils ont dit

Photo AFP

«Il est temps pour ce pays d’avoir un dirigeant qui connaît quelque chose à propos de l’argent.»

«Nous avons des gangs de rues et c’est souvent des immigrants illégaux qui ont des armes à feu qui tirent sur les gens.»

«Nos aéroports ont l’air tout droit sortis d’un pays du tiers monde.»

«Quand vous essayez d’agir comme une sainte, ça ne marche vraiment pas.»

– Donald Trump


Photo AFP

«J’ai rencontré plusieurs personnes qui ont travaillé pour vous et qui n’ont jamais été payées.»

«Un homme qui est en colère contre un micromessage ne devrait pas avoir les codes de la bombe nucléaire.»

«Je pense que Donald me critique parce que je me suis préparée pour ce débat. Et, oui, je l’ai fait. Vous savez pour quoi d’autre je me suis préparée? Je suis prête pour devenir présidente.»

«Donald Trump dit que le réchauffement climatique est un canular inventé par les Chinois.»

– Hillary Clinton

Brèves

Opinions de nos chroniqueurs

Clinton déclasse Trump

Gilles Duceppe, Ancien chef du Bloc Québécois

Hillary Clinton a prouvé lors du premier débat qu’elle avait les qualités nécessaires pour devenir la première femme présidente des États-Unis. Non seulement a-t-elle bien maîtrisé ses dossiers, mais elle a aussi fait preuve d’empathie et démontré un sens de l’humour que l’on ne lui connaissait pas. Donald Trump, quant à lui, n’a fait qu’additionner les slogans, sombrant encore un peu plus dans le populisme le plus ridicule. Son body language traduisait parfaitement l’insignifiance de ses propos.

Trump en difficulté

Vincent Boucher, Politologue et chercheur à la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques

Hillary Clinton a réussi à attaquer Donald Trump sur ses «squelettes» et affirmations incohérentes tout en demeurant calme et en répondant de manière claire aux questions sur ses propositions politiques. Trump a quant à lui eu de la difficulté à détailler ses propositions et s’est empêtré dans des justifications sur son opposition à l’intervention en Irak et sur ses remises en question de l’éligibilité d’Obama pour occuper les fonctions de président. 

Une victoire sans K.O.

Loïc Tassé, Chroniqueur d’actualité internationale

La première partie du débat a été gagnée par Hillary Clinton. Elle était plus articulée et contrôlait mieux ses émotions que Donald Trump, qui semblait parfois au bord de la colère. Dans la seconde partie, sur les problèmes sociaux, Trump a montré qu’il n’avait pas de plan très concret pour mettre fin aux problèmes de la violence et du racisme. Dans la partie finale sur la sécurité, Trump s’est mieux défendu, mais cette ronde s’est soldée par un match nul. Somme toute, le débat a été gagné par Hillary Clinton, mais sans K.O.

Avantage Clinton

Jean-Marc Léger, Sondeur et président de la firme Léger Marketing

Hillary Clinton a dominé le débat en s’adressant à l’intelligence des gens et a parlé directement au peuple américain. Trump a réussi à contrôler son tempérament belliqueux, mais n’a pas apporté un seul nouvel argument pour convaincre les Américains. Avantage Clinton.