/24m/outings
Navigation

Défi AquaHacking: cinq projets inspirants pour le Saint-Laurent

Défi AquaHacking: cinq projets inspirants pour le Saint-Laurent
photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Cinq équipes partiront à la rescousse du fleuve vendredi pour la finale du défi AquaHacking, au Palais des Congrès. Les Montréalais découvriront leurs solutions technologiques pour protéger le Saint-Laurent autour de divers enjeux : érosion des berges, pêche sportive, analyses de données... Tour d’horizon de leurs idées.

 

Jean-Baptiste Burnet et Richer Larivière, derrière Dronoflow, Catherine Ménard, membre de l'équipe derrière Info-Baignade, et Dominique Monchamp, directrice de la Fondation de Gaspé Beaubien.
Photo 24 Heures, Camille Dufétel
Jean-Baptiste Burnet et Richer Larivière, derrière Dronoflow, Catherine Ménard, membre de l'équipe derrière Info-Baignade, et Dominique Monchamp, directrice de la Fondation de Gaspé Beaubien.

 

Info-Baignade : connaître la qualité actuelle et prévue des eaux urbaines

«On veut que les citoyens se réapproprient le fleuve, indique Catherine Ménard, conseillère en communication qui a travaillé sur cette interface web et application mobile avec son équipe. On a pris des données ouvertes sur la qualité de l’eau et on a bâti un outil statistique basé sur l’intelligence artificielle.» L’objectif est de guider les campagnes d’échantillonnage des municipalités, d’estimer la qualité de l’eau en temps réel et futur et de localiser et de quantifier les sources de contamination critique afin d’en informer les Montréalais.

Dronoflow, un drone pour acquérir des données

«On a conçu un drone qui va pouvoir aller chercher des données à une fréquence importante surtout dans des cas de déversements accidentels, de situations urgentes et dans des endroits reculés : le drone peut faire des prélèvements et des images. Un tuyau prélève l’eau et le déverse dans la bouteille accrochée au drone», explique Jean-Baptiste Burnet, chercheur post-doctorant à Polytechnique, qui a notamment travaillé avec Dronolab, un club étudiant à l’ETS spécialisé dans la création de drones.

Solution to Innovate, solution d’ingénierie contre l’érosion des berges

«Notre équipe propose un pilier partiellement flottant, le Nyaki, fait à partir de plastique recyclé, c’est comme plein de petits modules qu’on rattache avec un joint flexible avec des pièces piézoélectriques. On cherche à absorber l’énergie des vagues créées par les bateaux et le vent, et on pourrait aussi alimenter des capteurs et créer une berge intelligente», raconte Alexandre Caya, diplômé en génie mécanique à l’ETS.

eFish, une application de science citoyenne sur la pêche sportive

«À partir de données publiques sur les poissons, on a développé l’idée d’une application pour aider les pêcheurs à trouver les bons endroits pour pêcher, et savoir quelles espèces se retrouvent où et dans quelle densité depuis les derniers recensements», explique Beatrix Besner, professeure en écologie aquatique à l’UQAM, et directrice du GRIL, groupe de recherche en limnologie fondamentale et appliquée. Celle-ci a développé cette idée avec huit collaborateurs.

Go Explo, une interface web pour mieux connaître le fleuve et ses enjeux

«On a développé une plateforme ludique qui permet de sensibiliser les gens au fleuve Saint-Laurent et aux problématiques environnementales pour avoir une population capable de se réapproprier le fleuve. On propose notamment des sites à visiter avec une description informative et scientifique», pointe Étienne Foulon, étudiant au doctorat en hydrologie à l’INRS de Québec.

Les cinq équipes finalistes du Défi AquaHacking.
Photo Courtoisie AquaHacking
Les cinq équipes finalistes du Défi AquaHacking.

 

Bon à savoir :

-L’équipe gagnante remportera 10 000$ pour développer son projet et d’autres prix seront distribués aux autres équipes ;

-Le défi a lieu dans le cadre du Sommet AquaHacking : unis pour le Saint-Laurent, débuté jeudi : c’est la première fois qu’un tel sommet autour du fleuve Saint-Laurent a lieu en ville, selon Dominique Monchamp, directrice générale de la Fondation de Gaspé Beaubien, derrière ce projet. Une première édition avait déjà eu lieu pour la rivière des Outaouais.

-Le sommet réunit de nombreuses personnalités politiques et des conférenciers dont la navigatrice Mylène Paquette ;

-La finale du défi AquaHacking, ouverte au public et au coût de 5$ débutera vendredi à 14h30 au Palais des Congrès. Elle sera l'occasion de découvrir leurs projets en détails.

-Informations sur aquahacking.com