/news/transports
Navigation

Taxi électrique: Taxelco a reçu 75% des subventions disponibles

L’entreprise a obtenu une aide financière de 5 millions de dollars en mai dernier

Alexandre Taillefer
Photo Caroline Lévesque Alexandre Taillefer

Coup d'oeil sur cet article

L’entrepreneur Alexandre Taillefer, un des seuls de l’industrie du taxi à vanter l’entente entre UBER et le gouvernement, a réussi à obtenir une bonne part des subventions disponibles pour le taxi électrique.

L’émission Le Québec Matin a appris que la somme de 5 millions $ que Taxelco, l’entreprise de M. Taillefer, a obtenue en subventions au mois de mai dernier représente 75 % de la somme totale qui est destinée à soutenir toute l’industrie du taxi électrique au Québec.

L’aide financière pour ce projet-pilote avait été approuvée par l’ex-ministre Jacques Daoust et n’a pas été rendue publique par le gouvernement.

« C’est comme ça qu’on voit leschoses, je n’ai pas de preuve,mais il y a apparence » – George Tannous

Ces 5 millions $ versés à Taxelco s’ajoutent aux investissements de 25 millions $ de la Caisse de dépôt et d’Investissement Québec.

Notons qu’Alexandre Taillefer s’est adjoint les services de l’ancien député bloquiste Thierry St-Cyr pour traiter avec le gouvernement.

L’industrie du taxi s’interroge

La situation soulève plusieurs questions auprès des différents acteurs de l’industrie du taxi.

Rappelons que M. Taillefer avait lancé une mise en garde à ses employés, enjoignant à ceux-ci de ne pas participer à la grande manifestation des chauffeurs de taxi, mercredi, au centre-ville de Montréal.

L’homme d’affaires appuie l’entente de projet-pilote intervenue entre Québec et la compagnie Uber. Est-ce que le fait de recevoir la part du gâteau du financement gouvernemental serait à l’origine de la position qu’il défend dans ce dossier?

«D’après nous, oui, il y a un lien, parce qu’il a reçu des subventions. Comment peut-il être contre?» a affirmé Georges Tannous, le président du Comité provincial de concertation et de développement de l’industrie du taxi (CPCDIT).

« Pas de preuve »

«C’est comme ça qu’on voit les choses, je n’ai pas de preuve, mais il y a apparence», a-t-il mentionné. De son côté, Alexandre Taillefer n’était pas en mesure de répondre à la demande d’entrevue de TVA Nouvelles, prétextant un horaire trop chargé.

Des vérifications étaient menées par TVA Nouvelles afin d’établir combien de demandes de subvention ont été adressées au gouvernement, et de quelle ampleur elles étaient.