/world/middleeast
Navigation

Un cessez-le-feu est entré en vigueur au Yémen

UN humanitarian coordinator in Yemen, Jamie McGoldrick, gives a press conference in the Yemeni capital Sanaa, on October 19, 2016.
Heavy fighting rocked Yemen hours before a UN-brokered ceasefire was due to begin, as warring parties come under mounting pressure to end a conflict that has raged for more than two years. / AFP PHOTO / MOHAMMED HUWAIS
Photo AFP UN humanitarian coordinator in Yemen, Jamie McGoldrick, gives a press conference in the Yemeni capital Sanaa, on October 19, 2016. Heavy fighting rocked Yemen hours before a UN-brokered ceasefire was due to begin, as warring parties come under mounting pressure to end a conflict that has raged for more than two years. / AFP PHOTO / MOHAMMED HUWAIS

Coup d'oeil sur cet article

ADEN, Yémen |  Un cessez-le-feu de 72 heures, initié par les Nations unies, est officiellement entré en vigueur mercredi à 23 h 59 locales au Yémen, un pays ravagé par la guerre depuis plus de 18 mois.

Cette trêve renouvelable, annoncée lundi par le médiateur de l’ONU Ismaïl Ould Cheikh Ahmed, est la sixième tentative de cesser les hostilités entre les rebelles chiites Houthis et les forces progouvernementales depuis l’intervention en mars 2015 au Yémen d’une coalition arabe sous commandement saoudien.

Peu avant le début du cessez-le-feu, les différents protagonistes ont tour à tour annoncé qu’ils cessaient les hostilités, tout en menaçant de riposter en cas de violation de la trêve.

Dans un communiqué, la coalition arabe a ainsi affirmé «cesser les opérations militaires» pendant les trois jours de la trêve tout «en maintenant le blocus» sur le Yémen et «les vols de reconnaissance des mouvements des Houthis et de leurs alliés», les forces fidèles à l’ex-président Ali Abdallah Saleh.

Elle a également souligné que la trêve devrait donner lieu à un accès humanitaire aux zones encerclées par les rebelles, dont la ville de Taëz, selon le communiqué publié par l’agence officielle saoudienne Spa.

Pour sa part, un porte-parole des forces progouvernementales a déclaré «respecter la trêve» mais aussi «se réserver le droit de riposter en cas de sa violation».

À Sanaa, le porte-parole militaire des rebelles, le général Sharaf Lokman, a affirmé dans un communiqué «respecter le cessez-le-feu dans le temps imparti dès lors que l’ennemi s’y conforme totalement aux plans terrestre, naval et aérien».

Il a cependant appelé ses hommes à «la vigilance» et à «garder le doigt sur la gâchette pour riposter rapidement à toute agression».

Dans la journée, les fronts de guerre s’étaient embrasés au Yémen où des combats et des raids aériens ont fait des dizaines de morts, principalement dans le nord, près de la frontière saoudienne.

Un communiqué des forces progouvernementales a donné un bilan partiel de 30 rebelles et de 5 loyalistes tués, qui n’a pu être confirmé de source indépendante.