/news/politics
Navigation

Donald Trump refuserait d’accepter la défaite

Les candidats à l’élection présidentielle ont croisé le fer pour la dernière fois hier

Coup d'oeil sur cet article

À la fin d’un ultime débat présidentiel particulièrement calme, Donald Trump a refusé de s’engager à respecter le résultat de l’élection, qu’il considère comme truquée par les médias «corrompus».

«Les médias sont si malhonnêtes. Ils empoisonnent l’esprit des électeurs, a déclaré le candidat républicain, avant d’ajouter qu’Hillary Clinton n’aurait jamais dû pouvoir se présenter à la présidence.

De son côté, la démocrate n’a pas tardé à dénoncer le comportement «horrible pour la démocratie» de son adversaire et s’est défendue de toute culpabilité dans le dossier des courriels volés qui afflige son équipe depuis le début de la campagne.

Il faut dire que malgré la froideur de ce débat, à 20 jours de l’élection présidentielle, ce sont les allégations d’agression sexuelle qui pèsent contre Trump qui sont venues réchauffer les ardeurs.

Accusé par plus d’une demi-douzaine de femmes d’attouchements et de baisers forcés au cours des dernières semaines, Trump a réitéré hier qu’il s’agissait de «mensonges».

«Soit ces femmes ont été payées par les démocrates, soit elles voulaient leur dix minutes de gloire», a-t-il soutenu.

«On sait qui est Trump, comment il traite les femmes. À nous de montrer clairement ce qu'on attend de notre prochain président», a rétorqué Clinton.

Mur

Le projet de mur entre les États-Unis et le Mexique, porté par Trump, est aussi revenu sur la table hier.

«L'héroïne entre trop facilement aux États-Unis. Je veux un mur et sortir les illégaux. Nous avons besoin d’un mur», a déclaré le républicain, rappelant que son adversaire s’était aussi battue pour un tel projet en 2006.

De son côté, Clinton a insisté sur le fait que l’expulsion des illégaux du pays n’était pas d’une solution viable et que les États-Unis étaient un pays d’immigrants «C’est une idée qui déchirerait notre pays», a-t-elle dit.

Dernière chance

Ce troisième débat, qui avait lieu a l’Université du Nevada, à Las Vegas était consacré notamment à l'immigration et à la politique étrangère.

De nombreux analystes américains avaient qualifié cette rencontre de «débat de la dernière chance» pour Donald Trump, qui tire dangereusement de l’arrière d’après les plus récents sondages.

«Il n’y a pas de précédent historique d’un troisième débat qui a changé le cours d’une élection, a dit au Journal le chercheur de la Chaire Raoul-Dandurand, Christophe Cloutier-Roy. Il ne faut pas s’attendre a de gros changements dans les sondages cette fois-ci non plus.»

Ce qu’ils ont dit

«C’est elle (Hillary) et Obama qui causent la violence. Ils engagent des gens et les paient 1500 $. Ils leur disent «soyez violents». [...] Je ne me suis même pas excusé à ma femme, parce que j’ai rien fait.»

– Donald Trump, au sujet des allégations d’agression sexuelle

«Vous êtes là depuis 30 ans. S’il y a quelque chose que vous avez de plus que moi, c'est de l’expérience. Mais de la mauvaise expérience.»

– Donald Trump à Hillary Clinton

«Elle (Hillary) nous a donné l’État islamique, aussi vrai que vous êtes assis là. Et maintenant, l’État islamique est dans tous les pays.»

– Donald Trump

«Donald pense que le fait de diminuer les femmes le rend plus grand. Il s’attaque à leur dignité, à leur estime. Je crois qu’aucune femme n’ignore ce que ça fait (de se faire traiter ainsi).»

– Hillary Clinton

«C’est parce que Poutine aimerait mieux avoir une marionnette comme président des États-Unis.»

– Hillary Clinton, répondant à Trump qui disait que le président russe n’a aucun respect ni pour elle ni pour Obama

«Chaque fois que Donald voit que les choses ne vont pas bien pour lui, il dit que c’est truqué. C’est drôle, mais c’est aussi vraiment très dérangeant.»

– Hillary Clinton