/news/consumer
Navigation

Deux souris mortes

Le Basha qui donne sur le marché Jean-Talon était infesté de souris en 2015

Coup d'oeil sur cet article

Le Basha de la rue Jean-Talon Est était tellement infesté de vermine à l’hiver 2015 que les inspecteurs ont trouvé deux souris mortes au sous-sol.

«Sous les éviers, il y avait également des excréments de souris qui longeaient le mur parmi des contenants alimentaires», écrivaient les inspecteurs à propos du restaurant de cuisine rapide libanaise.

La franchise de Basha située au 286, rue Jean-Talon Est, à Montréal, qui donne sur le marché Jean-Talon, a en

effet reçu une amende de 1700 $ en août dernier pour ses problèmes de salubrité.

Crottes mêlées aux balais

Non seulement les inspecteurs ont-ils trouvé des excréments de souris à de nombreux endroits, ils ont même trouvé deux souris mortes sur le plancher du sous-sol, indiquent-ils dans leur rapport de février 2015.

Dans la chambre froide, des crottes se trouvaient sous des poches et des caisses de fruits et légumes, peut-on lire. Dans la cuisine, les excréments étaient mêlés aux balais et au porte-poussière. Les inspecteurs en ont trouvé derrière un réfrigérateur, et même sur un comptoir, près de caisses d’ustensiles en plastique à découvert.

Extraits du rapport

« Dans le coin du mur, un cerne de liquide séché jaunâtre. » –Les inspecteurs

  • Présence de souris et de leurs excréments
  • Nettoyage déficient

Ils ont aussi remarqué un cerne de liquide séché jaunâtre dans le coin d’un mur. Des pièges à souris avaient été placés à trois endroits différents.

Le restaurateur était déjà au courant du problème en 2014 puisqu’un rapport d’inspection du mois de décembre fait état d’une entente prise avec une entreprise d’extermination. Quatre mois plus tard, le problème persistait.

Outre la présence de souris, un inspecteur a aussi noté que les surfaces qui sont en contact avec les aliments n’étaient pas assainies, c’est-à-dire nettoyées comme l’exige la réglementation, peut-on lire dans le rapport d’avril 2015.

Exterminateur

Selon Fadl Issa, propriétaire de la bannière, il est ardu de se défaire de la vermine puisque le problème concerne l’ensemble du marché Jean-Talon. «Par exemple, il y en a qui laissent des boîtes de légumes pourrir à l’extérieur. On s’est même plaint à la Ville», dit-il.

L’an dernier, un exterminateur venait chaque semaine. L’entreprise vient maintenant une fois par mois, indique-t-il. «Honnêtement, à part ça, le restaurant est très propre. On fait tout ce qu’on peut pour s’en débarrasser», assure M. Issa.

De leur côté, tant les responsables des marchés publics de Montréal que ceux de l’arrondissement assurent qu’il n’y a pas de problème de rongeurs au marché Jean-Talon.

► Il faut attendre plusieurs mois après une infraction pour qu’un juge entende la cause et rende sa sentence. Les détails de ces jugements ont été obtenus à la suite d’une demande d’accès à l’information.

Carte interactive