/entertainment/stage
Navigation

La liste de mes envies : une pièce touchante

Marie-Chantal Perron est solide dans la pièce de théâtre La liste de mes envies.
Photo Courtoisie Théâtre du Rideau vert Marie-Chantal Perron est solide dans la pièce de théâtre La liste de mes envies.

Coup d'oeil sur cet article

La pièce tirée du livre à succès La liste de mes envies, de Grégoire Delacourt, qui a donné le coup d’envoi de la saison au Théâtre du Rideau Vert, offre une gamme d’émotions qui touchera inévitablement les spectateurs.

Toute la pièce repose sur le talent de la tête d’affiche, Marie-Chantal Perron, qui incarne Jocelyne, une femme de 47 ans qui se voit trop imparfaite. Elle accepte la vie telle qu’elle se présente avec philosophie, même si elle a dû, au fil du temps, renoncer à quelques-uns de ses rêves.

Jocelyne, qui gère un atelier de couture, mère de deux grands enfants, mariée à Jocelyn (Steve Laplante), qui lui travaille dans une usine, verra sa vie ébranlée le jour où elle remportera le gros lot à la loterie qui s’élève à plus de dix-huit millions de dollars.

Si, pour la plupart d’entre nous, cela signifierait le plus beau jour de notre vie, pour cette femme qui a arrêté de rêver un peu trop jeune, cela semble déstabilisant. Elle ne sait plus rêver et manque énormément de confiance en elle. Si bien qu’elle ira seule chercher le chèque astronomique en gardant ce secret pour bien caché. Elle ne sait simplement que faire de tous ses millions, ses désirs étant plutôt modestes. Craignant la réaction de son entourage et les changements que cela pourrait engendrer dans sa vie, elle ira jusqu’à cacher le chèque sans l’encaisser.

Magnifiques performances

S’adressant souvent directement aux spectateurs en racontant la vie de Jocelyne, sous une forme narrative, Marie-Chantal Perron est touchante et authentique.

Autres belles performances, celles de Tammy Verge et Anick Lemay, les deux amies de Jocelyne qui contrastent, par leur aspect excentrique, avec Jocelyne. Malgré leur superficialité, elles apportent beaucoup de dynamisme à cette pièce.

Quant à la mise en scène de Marie-Thérèse Fortin, elle est sobre, mais efficace.

Si la pièce, à prime à bord, peut paraître légère, elle offre également plusieurs nuances et fera très certainement réfléchir la plupart des spectateurs.


♦ Au Théâtre du Rideau Vert en supplémentaire jusqu’au 12 novembre, suivi d’une tournée au Québec.