/news/transports
Navigation

Un appui psychologique aux camionneurs réclamé

Des chauffeurs victimes d’accident veulent du soutien

Le camionneur Mathieu Guay a fait inscrire le nom de la victime qui est décédée en percutant de plein fouet son véhicule lourd.
Le camionneur Mathieu Guay a fait inscrire le nom de la victime qui est décédée en percutant de plein fouet son véhicule lourd.

Coup d'oeil sur cet article

Le protocole d’intervention unique pour soutenir les camionneurs impliqués dans des tragédies routières et proposé par un couple de Bellechasse est un besoin criant dans l’industrie, soutiennent plusieurs camionneurs.

Dans son édition de lundi, Le Journal présentait le projet de Kareen Lapointe et de son conjoint, Patrick Forgues, qui porte sur l’élaboration d’un protocole d’intervention auprès de camionneurs impliqués dans des accidents de la route.

Le projet a fait grandement jaser dans les réseaux sociaux voués aux communautés de camionneurs.

Mathieu Guay, impliqué dans un accident de la route ayant coûté la vie à une femme de 21 ans, en novembre 2014, aurait souhaité avoir accès à ce type de programme d’aide. «On n’a rien. Je suis laissé à moi-même, je n’ai pas de psychologue, rien», explique-t-il. Il a été en arrêt de travail pendant deux mois.

Hommage à une victime

Toutefois, il revoit encore aujourd’hui les images de l’accident dans sa tête.

«Elle a échappé son véhicule et elle m’a foncé dedans. C’était très glissant, se souvient-il. Je ne pouvais rien faire. Je me suis stationné et je suis resté auprès d’elle jusqu’à ce que les secours arrivent, mais elle n’était plus là.»

L’arrivée de l’hiver est un calvaire pour lui. «Je commence à angoisser», lance-t-il. Le camionneur a fait lettrer son véhicule au nom de la victime, Virginie Lussier.

François Tremblay de Transport Magazine.
François Tremblay de Transport Magazine.

« Dans le néant »

«Ils sont dans le néant», estime pour sa part Francis Tremblay, camionneur et animateur pour Transports Magazine. Régulièrement, M. Tremblay reçoit des messages de camionneurs en détresse.

«Ce n’est pas la faute des compagnies de transport, il n’y a juste pas d’appui comme celui que proposent Mme Lapointe et M. Forgues», explique-t-il. Il espère que le projet du couple fera boule de neige et qu’un programme d’aide s’étendra à l’échelle provinciale. «Je ne peux pas comprendre qu’il n’y ait rien», lance-t-il.

Le couple a récemment présenté son projet à Russell O’Farrell, directeur du bureau de comté de la ministre du Travail, Dominique Vien.

«Ils ont été réceptifs», indique M. Forgues.