/news/society
Navigation

Neutralité religieuse: Fatima Houda-Pepin passe à l’attaque

«Vous êtes ministre, vous êtes des députés, qu'est-ce que ça vous dit l'égalité homme femme», a demandé Fatima Houda-Pepin, en commission parlementaire.
Photo Simon Clark «Vous êtes ministre, vous êtes des députés, qu'est-ce que ça vous dit l'égalité homme femme», a demandé Fatima Houda-Pepin, en commission parlementaire.

Coup d'oeil sur cet article

Le projet de loi sur les accommodements religieux permettrait le port de vêtements tels le tchador, le niqab et la burqa par les employés de l'État, dénonce l'ex-députée libérale Fatima Houda-Pepin.

«Dans l'article 9 alinéa trois, il y a un accommodement qui permet le port de la burqa et du niqab, a soutenu l'ex-députée de La Pinière alors qu'elle comparaissait en commission parlementaire pour livrer ses commentaires au sujet du projet de loi 62. Le premier paragraphe de l'article 9 autorise le port du tchador», a-t-elle ajouté.

Parce qu'ils sont antérieurs à la naissance de l'Islam, ces vêtements ne sont pas des symboles religieux, mais des signes de l'asservissement de la femme, s'est insurgée Mme Houda-Pepin avant de rappeler que l'égalité homme-femme est un héritage de la Révolution tranquille. «Aujourd'hui, on va céder sur ça?, s'est-elle insurgée.

L'ex-députée a réfuté l'argument de la ministre de la Justice qui invoque le droit à la liberté de religion pour refuser d'interdire le port de certains vêtements controversés. «Mme la ministre, pour vous, le tchador, la burqa, est-ce que ce sont des signes religieux ou des signes d'oppression des femmes?», a demandé Mme Houda-Pepin.

Au Salon bleu, Stéphanie Vallée a reproché à la députée caquiste Nathalie Roy de brandir une menace qui n'existe pas. «Elle brandit le spectre du tchador pour faire (peur) (...) À l'intérieur des cadres de la fonction publique, personne ne porte le tchador (...) Des tchadors dans les écoles, il n'y en a pas. Est-ce qu'on peut arrêter de brandir ce spectre», a demandé Mme Vallée.

«Mme la ministre, le projet de loi 62 est à reprendre. Si vous voulez faire oeuvre utile, il doit être réécrit, pas pour le Parti libéral, pas pour le PQ ni pour la CAQ, mais pour le Québec», a souhaité Fatima Houda-Pepin qui a invité tous les députés à mettre la partisanerie de côté dans la conception de ce projet de loi.

La ministre n'a pas tardé à répondre. «Le projet de loi 62 a été rédigé par des juristes du ministère de la Justice. Je ne suis pas prête à dire qu'il est à rebâtir complètement. Il repose sur des bases solides (...) Un projet de loi peut toujours être bonifié», a répondu Stéphanie Vallée.

Ce qu'ils ont dit

«Le 3 septembre 2013, il y a eu un engagement du Parti libéral pour inscrire le principe de la neutralité religieuse de l'État dans la charte québécoise des droits. Comment se fait-il que ça se retrouve dans un projet de loi ordinaire?»

– Fatima Houda-Pepin, ex-députée libérale de La Pinière

«Avec le visage découvert, c'est le tchador. Si c'est le tchador, ça doit être écrit clairement pour que les députés sachent qu'ils vont voter pour l'implantation du tchador dans la fonction publique du gouvernement du Québec (...) Les femmes se sont battues pour l'égalité homme-femme, c'est pas aujourd'hui qu'on va rétrograder parce qu'il y a un tchador qui se promène dans le paysage.»

– Fatima Houda-Pepin, ex-députée libérale de La Pinière

«Historiquement, le tchador s'est imposé aux femmes avec la montée des groupes islamistes. Le tchador, ce n'est pas que du linge. Je ne comprends pas que ça soit si difficile à comprendre pour la ministre de la Justice.»

– Nathalie Roy, députée caquiste de Montarville