/news/politics
Navigation

Stéphane Dion a bloqué une vente d’armes à la Thaïlande

Stéphane Dion a bloqué une vente d’armes à la Thaïlande
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA |  Le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, a bloqué une vente d’armes destinées à la Thaïlande en raison de craintes liées au respect des droits de la personne dans ce pays, a dévoilé le Globe and Mail mardi.

Cette décision, prise au début du mois d’août, survient quatre mois après que le gouvernement libéral eut donné son feu vert à une vente majeure de blindés à l’Arabie saoudite. Grâce à cet appui, General Dynamics Land Systems, installée à London, en Ontario, va pouvoir expédier au Moyen-Orient environ 900 véhicules blindés légers d’une valeur avoisinant les 15 milliards $.

Pourtant, la Thaïlande n’a guère à envier à la monarchie islamique en matière du respect des droits de l’Homme. L’organisme américain Freedom House va même jusqu’à donner trois marques de 7 sur 7, les pires possible, à l’Arabie saoudite, contre une note moyenne de 5,5 pour son vis-à-vis de l'Asie du Sud-est.

Le gouvernement canadien a refusé de révéler quelle entreprise est impliquée dans ce contrat bloqué ou quel type de matériel avait été commandé. Un porte-parole s’est contenté de parler d’un nombre d’éléments «modeste».

Un porte-parole du ministre Dion a affirmé au Globe que la décision a été «basée sur des considérations de politique étrangères et de droits de la personne», ainsi que sur une analyse visant à déterminer si le matériel risquait d’être utilisé pour commettre des actes allant à l’encontre des droits de la personne.