/finance
Navigation

L'industrie du bois d'œuvre préoccupée par l’élection américaine

bois industrie
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Le Canada semble se diriger vers un nouveau conflit commercial avec les États-Unis dans le dossier du bois d'oeuvre.

La campagne électorale américaine a permis de constater un manque d'ouverture aux produits du bois. Ce vent de protectionnisme a été observé tant dans la campagne de Hillary Clinton que dans celle de Donald Trump.

Au Bas-Saint-Laurent, l'Union des producteurs agricole et le syndicat des producteurs forestiers ont refusé de se prononcer sur l'élection de Donald Trump. «Il est encore trop tôt», a-t-il été répondu à TVA Nouvelles. Les instances veulent attendre les premières actions de Donald Trump avant d'émettre des commentaires.

La première réaction en est une de prudence, mais le dossier sera suivi de près.

«Avoir un président Trump qui aura à prendre des décisions avec un congrès républicain entraînera des difficultés pour la question du bois d'œuvre», prédit Guy Caron député fédéral de Rimouski-Neigette.

Pour sa part, le porte-parole d'une compagnie de produits forestiers de la Côte-Nord, Bernard Plante, croit qu’il faudra exercer un contrepoids.

«Ça crée une incertitude, mais ce sera à nous de continuer de mettre de la pression sur le gouvernement canadien afin d'en arriver à une entente qui sera satisfaisante pour les deux parties».

Le Centre des femmes de Rimouski dit ne pas comprendre comment Donal Trump a pu être élu, malgré ses commentaires misogynes.

«Ça envoie une image des femmes pas très reluisante, une image dénigrante à l'égard des femmes. Nous sommes inquiètes que ça rayonne sur la population en général», de commenter Ève Devault.