/entertainment/movies
Navigation

Comprendre le langage extraterrestre

Une linguiste montréalaise a travaillé comme consultante pour le film L’arrivée

Jessica Coon
Photo courtoisie Enseignante à McGill, Jessica Coon a été impressionnée par la rigueur de l’équipe du film L’arrivée.

Coup d'oeil sur cet article

Si des extraterrestres débarquaient sur Terre, comment s’y prendrait-on pour communiquer avec eux? C’est une des questions auxquelles a dû réfléchir la linguiste montréalaise Jessica Coon en travaillant comme consultante pour le film de science-fiction L’arrivée.

Professeure au département de linguistique de l’Université McGill, Jessica Coon a été recrutée par l’équipe de production de L’arrivée lorsque le cinéaste québécois Denis Villeneuve préparait le tournage du film à Montréal, à l’été 2015.

Comme L’arrivée raconte l’histoire d’une linguiste (jouée par Amy Adams) recrutée par l’armée américaine pour tenter de décrypter le langage d’une civilisation extraterrestre qui vient d’arriver sur Terre, Villeneuve et son équipe cherchaient une experte qui pourrait les guider dans l’aspect technique du travail.

«Ils cherchaient quelqu’un qui avait une expérience de linguistique de terrain comme moi, parce que c’est ce que fait le personnage d’Amy Adams dans le film, explique Jessica Coon en entrevue au Journal.

«Ils m’ont d’abord demandé de lire certains passages du scénario pour que je leur donne mon avis sur la partie linguistique du film. Puis, quand le tournage a débuté, j’ai travaillé avec l’équipe technique sur le plateau. C’était fascinant pour moi, parce que je n’avais jamais eu l’occasion de voir comment ça se passait dans les coulisses d’un tournage. J’ai aussi eu une rencontre avec Amy Adams pour discuter de son personnage. C’était très agréable. C’est une femme très terre à terre. Elle avait des questions plus techniques sur mon travail, mais on a aussi beaucoup parlé de la vie en général.»

Grande rigueur

Jessica Coon
Photo courtoisie

Jessica Coon dit avoir été impressionnée par la rigueur et le souci d’authenticité de l’équipe du film: «Ils sont venus à mon bureau et ils ont pris des photos de tout ce qu’on y trouve, raconte-t-elle. Ils ont emprunté des livres de mon bureau, et ils ont même voulu voir quel genre de sac j’utilisais pour les transporter. Le travail qu’ils ont fait est remarquable. Rien n’a été laissé au hasard. Ils ont pensé à chaque petit détail.

«Aussi, pendant le tournage, ils m’ont amenée sur le plateau à certains moments et ils m’ont posé des questions du genre: “Imagine que tu es le personnage d’Amy Adams, que l’armée va te chercher chez toi en hélicoptère au milieu de nulle part pour te donner le mandat d’entrer en contact avec les extraterrestres. Comment t’y prendrais-tu?” C’était très intéressant et stimulant comme mise en situation.»

Atterrissage réussi au box-office

  • Sorti vendredi sur plus de 2300 écrans aux États-Unis, L’arrivée a terminé au troisième rang du box-office américain la fin de semaine dernière avec des recettes de 24 millions $ US en trois jours. Avec ce résultat, Denis Villeneuve enregistre le meilleur démarrage de sa carrière.
  • L’arrivée a aussi très bien marché au Québec, se hissant au secon­d rang du box-office de la province avec des recettes de 549 025 $ en trois jours.