/misc
Navigation

Se ghettoïser

Un jugement qui plaît aux musulmans
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

 

 

Ce matin, Radio-Canada rendait public qu’un groupuscule de musulmans voulait construire une communauté musulmane, genre de kibboutz moderne, sur la Rive-Sud de Montréal.

 

Un projet dont parlait quelques illuminés dans une mosquée, afin d’attirer dans leur hypothétique quartier des gens qui visiblement ne sont pas bien dans les quartiers normaux, côtoyant des concitoyens de toutes mœurs et de toutes religions.

 

Ça ne doit pas être facile. 

 

Pour ne pas nuire à leur bien-être, construisons un quartier idéal où tous partagent nos valeurs culturelles et religieuses musulmanes, où pas un seul méchant Québécois ne pourra nous juger, où nous vivrons comme nous le voulons, isolés des autres.

 

Il est assez ironique de constater que c’est le même genre de personne qui dénonçait le projet avorté de la Charte des valeurs du Parti québécois, accusant le parti politique de ne pas aider l’intégration les gens issus des communautés musulmanes et de ne pas prôner le vivre ensemble.

 

Comment plaider pour le vivre ensemble alors qu’on refuse soi-même de vivre avec l’autre ?

 

En fait, la question ne se pose pas : cette minorité qui s’enthousiasme de ce projet ne veut pas s’intégrer et le démontre sans équivoque avec ce projet loufoque, qui, je l’espère, ne verra jamais le jour.

 

Ces hurluberlus n’ont pas un iota de désir de se joindre au « Nous » québécois, ne voulant même pas partager nos rues ou nous avoir comme voisin.

 

Ensuite, on accuse le Québec d’intolérance et de racisme, alors que jamais un Québécois n’aurait eu une idée aussi saugrenue que d’isoler une communauté en ghetto. On l’oublie souvent, mais ce genre d’enclave musulmane existe à quelques centaines de kilomètres, soit à Peace village, en banlieue de Toronto.

 

Je m’imaginais ce matin le tollé si un promoteur québécois avait tenté de créer de toutes pièces un quartier uniquement pour les Québécois.

 

On aurait hurlé avec raison au scandale, au racisme et à la xénophobie. 

 

Des associations auraient probablement intenté – et gagné — des procès contre ce genre de projet immoral et inimaginable.

 

Mais évidemment, on ne dénoncera jamais autant ceux qui sont derrière ce projet, au pays où le multiculturalisme est roi, celui qui ne veut pas s’intégrer est très rarement pointé du doigt.