/news/politics
Navigation

Les villes encouragées à autoriser le jeu libre

La CAQ déposera un projet de loi pour que les Villes permettent aux enfants de jouer dans la rue

Jouer dans la rue
Photo Améli Pineda Le député Simon Jolin-Barrette de la CAQ ( au centre de la photo ) veut que le gouvernement encourage les municipalités à changer leur règlement pour permettre aux enfants de jouer dans la rue.

Coup d'oeil sur cet article

Un père dont les enfants s’étaient fait réprimander par la police parce qu’ils jouaient dans la rue veut que les villes revoient leur règlement pour cesser d’interdire le jeu libre, comme le propose la Coalition Avenir Québec (CAQ).

«C’est une question de gros bon sens. On parle de l’importance de l’activité physique, mais ce n’est pas avec des interdictions de jouer dans les rues et ruelles qu’on va l’encourager», dit Marc Lamarche, un résident de Pointe-aux-Trembles, dans l’est de Montréal.

En 2014, des policiers étaient débarqués pour aviser ses enfants de cesser de jouer au hockey dans la rue.

«Je trouvais ça un peu ridicule. Les rues et ruelles sont un terrain de jeu pour plusieurs», explique-t-il.

Retour dans la rue

Après que son histoire eut fait la manchette, ses enfants ont heureusement pu continuer à jouer au hockey, raconte-t-il. Les policiers ont levé l’interdiction pour le secteur puisqu’il est résidentiel et peu achalandé, rapporte M. Lamarche.

Actuellement, plusieurs villes au Québec interdisent aux jeunes de jouer dans la rue en vertu de règlements sur les nuisances sonores et les entraves à la circulation. Certaines municipalités prévoient même des amendes allant jusqu’à 1000 $.

Projet de loi

Cet été, un scénario similaire s’est produit dans l’arrondissement de Charlesbourg, à Québec, qui avertissait les résidents de déplacer leurs paniers de basketball sous peine d’amende.

«Ce n’est pas normal qu’en 2016 on émette des avertissements et des constats d’infraction à des parents de jeunes qui jouent dans la rue», dit Simon Jolin-Barrette, député de la CAQ dans Borduas, en Montégérie.

D’ailleurs, l’élu déposera cette semaine à l’Assemblée nationale un projet de loi pour favoriser le jeu à l’extérieur.

Il veut que le gouvernement propose aux municipalités un cadre réglementaire qui les aidera à revoir leur réglementation pour encourager le jeu dans les rues et ruelles de quartier.

Comme à Beloeil

M. Jolin-Barrette donne l’exemple de la Ville de Beloeil, qui a lancé cet été un projet-pilote sur 23 rues pour autoriser les enfants à jouer dans la rue.

La Ville a notamment revu la signalisation de ces rues pour indiquer que le jeu libre y est permis.

Elle a également amélioré l’éclairage de certaines rues.