/news/society
Navigation

Les élus discrets sur une décision contestée

Coup d'oeil sur cet article

Montréal a commis une erreur en versant 10 850 $ à un camp de jour pour enfants dirigé par une association islamiste soupçonnée par la GRC d’avoir financé des groupes terroristes, croit Vrai Changement, seul parti municipal à avoir réagi aux révélations du Journal.

«C’est embarrassant et inquiétant», dit Justine McIntyre, chef de Vrai Changement pour Montréal.

L’élue estime que la Ville devrait revoir ses critères.

«Une simple recherche aurait évité qu’on donne à cette association», dit Mme McIntyre.

À Québec, la députée péquiste Agnès Maltais questionne aussi la décision de Montréal.

«L’argent public ne peut pas être utilisé pour réaliser l’agenda des Frères musulmans», dit-elle.

Silence radio

À l’hôtel de ville, les élus se sont montrés discrets sur le sujet.

«Tous les ingrédients sont réunis pour ne pas vouloir commenter, souligne Bernard Motulsky, professeur en communication de l’UQAM, qui est aussi titulaire de la chaire de relations publiques et communication marketing. On parle d’un camp, destiné à de jeunes réfugiés syriens, d’allégations sans accusations et d’une association qui nie tout.»

Projet Montréal n’a pas souhaité commenter. Coalition Montréal ne nous a pas rappelés. L’administration du maire Coderre nous a répété avoir donné cette subvention pour le volet «Trouver sa place au Québec».