/sacchips
Navigation

«Black Friday», mais qui es-tu donc?

L’Office québécois de la langue française a proposé l’usage du terme «Vendredi fou» en 2013

«Black Friday», mais qui es-tu donc?
AFP

Coup d'oeil sur cet article

C’est ce vendredi que se déroulera le très attendu et annuel «Vendredi fou». Si, comme bon nombre de Québécois, vous n’avez que très récemment remarqué son existence, lisez ceci pour en apprendre davantage sur cette belle célébration du capitalisme.

C’est ce vendredi que se déroulera le très attendu et annuel «Vendredi fou». Si, comme bon nombre de Québécois, vous n’avez que très récemment remarqué son existence, lisez ceci pour en apprendre davantage sur cette belle célébration du capitalisme.

Pour commencer, il faut savoir que l’Action de Grâce américaine (Thanksgiving) a lieu le quatrième jeudi de chaque mois de novembre.

Le Vendredi fou survient donc le lendemain de cette importante fête religieuse, chez nos voisins du sud.

Les commerçants profitent alors du fait que beaucoup de gens sont en congé pour proposer des soldes qui sortent de l’ordinaire, espérant augmenter leur chiffre d’affaires.

On peut alors dire que le Vendredi fou lance la traditionnelle saison du magasinage de Noël, environ un mois la naissance du petit Jésus.

Mais ça a commencé quand?

C’est en novembre 1951 que le terme «Black Friday» a fait son apparition, dans le journal Factory Management and Maintenance, pour désigner la journée suivant l’Action de Grâce américaine.

Toutefois, à l’époque, il faisait référence au taux d’absentéisme élevé au travail, lors de cette journée particulière. Les travailleurs se disant malades, ils souhaitaient surtout profiter de quatre jours de congé consécutifs. «Black Friday» n’avait pas encore la connotation commerciale qu’on lui connaît aujourd’hui.

Quelques années plus tard, les forces policières dans les villes de Philadelphie et Rochester ont commencé à utiliser les termes «Black Friday» et «Black Saturday» pour décrire la cohue et la congestion routière propres aux journées suivant la Thanksgiving.

L’expression s’est doucement répandue et est apparue dans les pages du New York Times pour la première fois le 29 novembre 1975. On disait alors du «Black Friday» que c’était «la journée la plus achalandée de l’année en termes de magasinage et de circulation routière».

C’était le petit coup de pouce dont avait besoin l’expression pour se faire consacrer.

Pourtant, une étude menée par le Philadelphia Inquirer en 1985 a démontré que les détaillants à Cincinnati et à Los Angeles n’en avaient toujours jamais entendu parler.

C’est l’avènement d’Internet au milieu des années 90 et au début des années 2000 qui a vraiment propulsé la pratique commerciale et qui lui a fait passer les frontières des États-Unis.

Si vous n’aviez jamais entendu parler du Black Friday avant 2005, ne vous sentez pas mal! Vous n’êtes pas les seuls...

Pourquoi ça s’appelle comme ça?

Une explication selon laquelle le «Black Friday» correspondrait au moment de l’année où les marchands commenceraient à faire des profits au cours d’une année, passant ainsi de l’encre rouge à l’encre noire dans leurs livres comptables, a fait son bout de chemin depuis les années 1980.

Toutefois, compte tenu du fait qu’elle a émergé plus de vingt ans après l’utilisation populaire du terme, on peut douter de sa véracité. Il se pourrait que ce ne soit qu’une simple légende urbaine.

La véritable origine du mot «black» dans l’expression provient probablement davantage de la quantité de piétons et d’automobiles dans les rues de Philadelphie lors de cette journée achalandée, un peu comme dans le dicton francophone «C’est noir de monde».

Pourquoi, au Québec, on dit «Vendredi fou»?

C’est en 2013 que l’Office québécois de la langue française a proposé l’usage des termes Vendredi fou et Mégasolde d'avant Noël pour désigner cette journée de soldes.

L’OQLF stipule que «la traduction littérale Vendredi noir est déconseillée pour désigner la journée de consommation exceptionnelle liée au concept, réalité trop éloignée de l'idée de morosité qu'évoque l'adjectif noir.»

 

Source: Wikipedia et OQLF