/news/society
Navigation

Levée de boucliers contre un groupe de musique

graveland
Photo Facebook Le groupe de black métal polonais Graveland

Coup d'oeil sur cet article

Des militants antifascistes dénoncent la venue à Montréal d’un groupe de musique bien connu pour ses propos racistes.

«Une confrontation entre les blancs occidentaux et les immigrants de couleurs est éminente», a entre autres déclaré le fondateur du groupe de black métal Graveland, Rob Darken, lors d’entrevues données au début des années 2000.

La formation polonaise, dont le chanteur a tenu de nombreux propos haineux par le passé, doit monter sur les planches du Théâtre Plaza, samedi soir, pour la 6e édition du festival de musique black métal Messe des Morts.

«Les idées racistes et antisémites n’ont pas leur place à Montréal», déplore la militante Karine Fortier, qui réclame l’annulation du spectacle.

L’Allemagne interdit la vente de quatre albums de Graveland, qui figure aussi sur une liste noire des groupes de musique haineux de la Ligue anti-diffamation américaine.

Provocation

Selon la doctorante en musicologie à l’Université Laval, Méi-Ra St-Laurent, Graveland évolue dans un style de musique dont l’essence même est de provoquer.

«Le chanteur du groupe ne s’est jamais caché d’avoir des idées politiques d’extrême droite, mais ce sont ses idées à lui. Le groupe en tant que tel n’est pas mêlé à la politique, ni dans ses paroles ni dans ses spectacles», explique-t-elle.

Les organisateurs de la Messe des Morts soutiennent qu’aucune connotation politique n’est rattachée à l’événement. «Il n’y a jamais eu, et il n’y aura jamais un aspect politique [au festival]. Et absolument tout le monde, peu importe son origine, est bienvenu», ont-ils déclaré dans un communiqué.

Une manifestation antifasciste est prévue à 16 h samedi devant le Théâtre Plaza.